Un nouveau monde meilleur, « J’ai fait un rêve » (2/4)

Après le « Nouveau monde » de Mr Macron (qui a éclaté en vol), j’ai rêvé d’un monde différent, mais réellement meilleur !

un monde meilleur
monde-meilleur

Un monde démocratique :

Les démocraties ont été dévoyées, elles ont muté vers une sorte de régime « médiocratique ». Mais comme je ne vois pas mieux comme régime, et que je ne sais pas par quoi les remplacer. Donc, gardons le régime de démocratie. Mais revenons quelque peu, au sens original du terme. « Forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple ».

Historiquement, l’origine d’un monde démocratique :

Au Ve siècle av. J.-C., la cité d’Athènes va connaître un fonctionnement démocratique. Au début du siècle, les réformes de Clisthène réduisent considérablement l’influence politique des familles nobles les plus riches (l’aristocratie). Vers 465 av. J.-C., les réformes de Périclès permettent à l’ensemble des citoyens athéniens de participer à la vie politique de la cité et de pouvoir accéder aux plus hautes fonctions de l’État. Les assemblées, où le peuple siège directement. Représenté par des citoyens tirés au sort, qui discutent et votent les lois.

La population de la cité d’Athènes, des villes voisines et des campagnes sont réparties en tribus. Chaque année, dans chaque tribu, on tire au sort 50 citoyens de plus de trente ans pour assurer une permanence pendant un mois. À tour de rôle ; Celle-ci expédie les affaires courantes de la cité. Tous les jours, on nome un prytane comme président, c’est-à-dire comme chef de l’État.

Notre avis sur monde actuel :

Wow ! C’est bien loin tout çà !

Même si avec le temps des adaptations étaient nécessaires. Je ne vois pas le peuple de France se réunir à La Concorde devant notre parlement. À Rome : « l’Écclésia » se réunissait 4 fois par mois pour décider des lois.

Cela représentait en quelque sorte une vraie « démocratie participative »

Aujourd’hui, notre démocratie, déjà mise à mal (par les gilets jaunes, les grèves…) s’avère placée totalement entre parenthèses. Avec la loi d’urgence sanitaire (en date du 19 mars 2020). Qui vient d’être prolongée de deux mois (jusqu’au 24 juillet !). Elle donne tous les pouvoirs au Gouvernement et place notre parlement en situation de simple spectateur. (Elle pourrait bien sûr se voir encore prolongée).

Un monde avec des libertés individuelles fortement limitées :

monde-démocratique
monde-démocratique

La limitation actuelle de nos libertés individuelles :

Ces libertés constituent un droit fondamental de notre constitution, elles ont été enchaînée comme jamais depuis le régime de Vichy de 1940 à 44 :

Les libertés :

La liberté du droit de circuler,

La liberté du droit de circuler, avec ce confinement qui lui aussi se prolonge, n’a jamais été autant enrayée en France. Pour minimiser les risques de violation d’éventuelles interdictions, on a mobilisé 100 000 membres des forces de l’ordre (gendarmes, policiers, militaires…), déployés sur tout le territoire.

La possibilité d’ordonner des réquisitions 

« de tous les biens et services nécessaires afin de lutter contre la catastrophe sanitaire” ». Ce n’est pas rien !

Ce monde nouveau qui s’annonce :

Avec des brigades sanitaires (composées en partie avec des agents municipaux) pour collecter des données “sanitaires”. Ces données partagées entre plusieurs administrations ! Le secret médical va en prendre un sérieux coup.

Sans compter sur l’interdiction aux médecins généralistes de prescrire la chloroquine en ville : un médicament ancien qui a son autorisation de mise sur le marché depuis près de 70 ans ! Sans que le Conseil de l’ordre des Médecins n’y trouve à redire ! (Wow!)

Le droit de s’exprimer ?

À l’exemple de cette infirmière de Toulouse mise en garde à vue, pour avoir montré une pancarte affichant « Macrovirus à quand l’arrêt ?». Outre le ridicule qui atteint le procureur et dont il ne semble pas avoir conscience, c’est sa volonté délibérée de s’en prendre à la liberté d’expression, même utilisée en termes ironiques. Cela inquiète la ligue des Droits de l’Homme qui tire à boulets rouges sur ce procureur

Un monde de contraintes :

Le droit à l’éducation ?

Avec la fermeture de toutes les écoles en France et qui risque de se prolonger. À une semaine d’une reprise progressive au 11 Mai (??) . Les mesures barrières utiles sont encore très incertaines.

Les parents sont méfiants, les maires hésitent encore. Quand, aux syndicats d’enseignants autoriseront ils les enseignants du service public, qui leur commandent de ne pas retourner au travail avant septembre. On peut douter de la reprise des écoles, après en quelque sorte 6 mois d’absence devant les élèves.

La liberté de culte :

Une liberté fondamentale de la République, oubliée par le gouvernement. Celui-ci a fermé tous les lieux de culte, (églises, mosquées, temples, synagogues…). Sans même étudier des solutions permettant le respect des mesures barrière, qui à mon avis : auraient été sûrement très aisées à mettre en place. Le séminaire des évangélistes de Mulhouse, représentait plus du Cirque, qu’un office religieux.

La liberté de la presse ?

Sur le site du gouvernement, on annonce une plateforme (un samedi 2 Mai !) qui recensera désormais certains articles de journaux jugés « sûrs et vérifiés ». Va-t-on vers un ministère de la vérité (George Orwell). Afin de distinguer ce qu’il sera autorisé de dire de ce qu’il sera interdit sur Internet. (Pourquoi pas « Un ministère de la vérité vraie » possiblement dirigé par exemple par Sibeth Ndiaye !) Alors que dans le Gouvernement même, on dénote souvent un manque de cohérence dans leurs propos.

Conclusions :

  • Les Politiques désormais craignent le temps des juges. Pour cette raison dans leurs décisions actuelles , ils verrouillent leur ceinture et resserrent leurs bretelles. Mais ils restent très hésitant pour assumer les mesures qui s’imposent (toujours le : « en même temps »). Ils n’ouvrent pas le parapluie, mais un parachute.
  • Boris Cyrulnik résume de façon brutale et clairvoyante par la phrase suivante : « On aura le choix entre vivre mieux ou subir une dictature – qu’elle soit politique, religieuse, financière ou liée à une stratégie d’hyper-consommation. ».

“Liberté, Égalité, Fraternité”

Ou est désormais la Liberté, ou est l’Égalité, et ou se situe encore la Fraternité ?

  • 128
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    128
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.