Édition spéciale : doléances N°3 #CriseEco2020

Le Think Tank de « Commerçants du monde » a mis en ligne le 17/04 un cahier de doléance . Pour recueillir ce que vous pensez devoir être changé après la #CriseEco2020 : Une Édition spéciale

doléance spéciale
doléance spéciale

Édition spéciale pour une doléance d’un collectif de médecins généralistes, sur leur Conseil de l’ordres des Médecins.

Préambule sur Édition Spéciale de doléance de médecins généralistes:

“Être au service des médecins dans l’intérêt des patients”. Tel est l’engagement de l’Ordre des médecins. Qui coordonne son action. Ce syndicat créé par la loi du 14 avril 1943, sous le régime de Vichy avec la pression des occupants.

À partir de février 2007, une nouvelle organisation se met en place.

Le Conseil régional de l’Ordre des médecins a désormais un rôle essentiellement administratif et de régulation des soins médicaux. Il a un rôle important d’information et d’action de représentation de la profession. Dans toutes les structures régionales, qu’elles soient relatives à la santé publique. Et à la formation médicale universitaire, ou administratives. Il aura par ailleurs à décider du sort des médecins devenus temporairement médicalement inaptes à l’exercice. Ou dont les compétences médicales semblent insuffisantes au regard des exigences actuelles.

Notre avis : Il n’a pas souvent su régler le sort des médecins “voyous” (pédophilie, euthanasie, abus sexuels…). Il se charge surtout à veiller au paiement des cotisations annuelles (333 € en 2017 pour les 226 000 praticiens en France qui ont obligation de payer pour pouvoir exercer! Une belle somme à se partager !

Édition spéciale d’une doléance formulée aux membres du Conseil :

Doléance du Dr GS du 21/04/20

Cri d’alarme d’un médecin généraliste  :

(Faite à tous les membres du conseil de l’ordre des médecins)

Nous, les médecins généralistes, sommes en première ligne. Et je constate que sur notre secteur de Marckolsheim, trois médecins (Drs DM, AS, TR,) ont été ou sont encore hospitalisés. Personnellement aux premiers signes cliniques de fébricule, fatigue et signes ORL. J’ai de suite pris la seule arme efficace pour un médecin généraliste : (hydroxychloroquine + azithromycine) pendant une dizaine de jours. Avec une nette amélioration vers le 4 ou 5ème jour. J’ai eu de la chance, parce qu’après le vendredi 20 mars les pharmacies de ville avaient interdiction de le délivrer. Il va sans dire également qu’on m’a refusé le prélèvement nasal, parce que j’étais « sans signes de gravité ».

De toute ma carrière médicale je n’ai jamais vu un gouvernement français interdire aux médecins généralistes de traiter en âme et conscience. C’est l’État Français qui jette le Serment d’Hippocrate aux ornières et ses décrets de lois seraient supérieurs à nos valeurs, à notre devise de soigner …

ET L’ORDRE DES MEDECINS NE REAGIT PAS !

Peut-on qualifier d’un autre mot que « crime contre l’humanité ou crime de guerre ». Puisque nous sommes en « temps de guerre !», comme le dit le Pt Macron.

Quand les pouvoirs publics :

  • Empêchent les Médecins généralistes de traiter efficacement avec le mix hydroxychloroquine-azithromycine ;
  • Classent, comme par hasard, au tableau des substances vénéneuses mi-janvier 2020 une hydroxychloroquine auparavant en ventre libre ;
  • Font un tapage médiatique des effets secondaires majeurs de l’hydroxychloroquine additionné à l’azithromycine. Alors que c’est un gros mensonge puisque qu’on connait ces médicaments depuis 70 ans pour l’un et au moins 30 à 40 ans pour l’autre :
  • Avec un QTc inf à 450 pour l’homme et 460 pour la femme à l’ECG et une normokaliémie, le risque est tellement minime. Par contre tous les anti et rétrovirus actuellement en étude ont des effets secondaires beaucoup plus inquiétants. Délibérément ignorés dans ces médias ;
  • Envoient les médecins généralistes et infirmières libérales en première ligne. Tout en les empêchant de se faire dépister prioritairement pour éviter qu’ils ne transmettent le covid-19 à leur tour ;

Et encore … :

  • Publient un décret gouvernemental du 29 mars 2020. Autorisant tout médecin, dans le cadre le cadre d’une détresse respiratoire aigüe due au Covid-19, à administrer de façon isolée (et non en concertation collégiale). À injecter en IVD du rivotril (ou clonazepam) … pour soulager quand il n’a pas d’oxygène ni de respirateur !
  • Interdisent d’utiliser l’HEMO2life ; dans une situation extrême. Je préfèrerai volontiers qu’on m’injecte « expérimentalement » une dose de HEMO2life de la société Hémarina de Morlaix. Ce dernier, produit à partir de l’hémoglobine de l’Arenicola marina transporte 40 fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine. Mais c’est aussi interdit ; pourtant ce serait plus éthique, plus décent d’essayer de sauver malgré les inconnus, que d’«euthanasier » pour soulager par manque de matériel !

Dans cette Édition :

Nous avons certes besoin des laboratoires pour les médicaments. Qu’ils nous mettent à disposition. Mais nous ne devons pas accepter comme unique paramètre cette course au profit contre toute vie humaine. Big Pharma possède et contrôle toutes les publications médicales. Possède et contrôle toute la haute administration du Ministère de la Santé et la plupart des infectiologues actuellement aux journaux télévisés ont des conflits d’intérêts.

Le gouvernement est plus préoccupé pour mettre en place des études, de la recherche que de traiter efficacement. Il empêche les médecins généralistes de soigner, voire guérir en âme et conscience.

C’est très grave. Quand le Ministre de la Santé affirme que la France a un stock d’hydroxy chloroquine suffisant. Et qu’il interdit en même temps à la médecine de ville de l’utiliser pour soigner en amont et éviter l’hospitalisation. C’est très grave !

ET L’ORDRE DES MEDECINS NE DIT RIEN !

Nous préparons un spécial doléances EPHAD, merci de nous communiquer vos témoignages personnels,

et éventuellement vos solutions

  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    22
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.