Le « V-commerce » ou la réalité augmentée dans le commerce (1/2)

Le « V-commerce » ou commerce virtuel se base sur la réalité virtuelle ou la réalité augmentée. Ces deux technologies sont en passe de révolutionner totalement le shopping en point de vente physique et le e-commerce.

V-Commerce (Virtuel)
V-Commerce (Virtuel)

Le « V-commerce » ou commerce virtuel

Le #V-commerce se base sur la réalité virtuelle ou la réalité augmentée. Il représente la prochaine grande évolution du commerce qui consiste en un mix entre le e-commerce et l’ensemble des nouvelles technologies comme la réalité virtuelle ou la réalité augmentée. Ces deux technologies sont en passe de révolutionner totalement le shopping en point de vente physique et le e-commerce.

La réalité augmentée, outil du V-commerce :

Elle désigne les systèmes informatiques qui rendent possible la superposition d’un modèle virtuel 2D ou 3D à la perception que nous avons naturellement de la réalité, et ceci en temps réel.

La réalité augmentée désigne aussi les différentes méthodes qui permettent d’incruster de façon réaliste des objets virtuels dans une séquence d’images. La technologie insère des images de synthèse sur les images du monde réel grâce à un appareil photo, un téléphone portable et des lunettes vidéo spécifiques (ou un casque visuel).

Les cinq sens peuvent être affectés par cette technologie. Il est par exemple possible d’ajouter des sons artificiels à un environnement sonore.

Historique de la réalité augmentée :

En 1968, Ivan Sutherland crée la première machine de réalité virtuelle. Évidemment limitée par les technologies de l’époque, elle mettait en œuvre un casque à vision transparente. En 1980, Steve Mann invente le EyeTap, un casque permettant d’afficher des informations virtuelles devant les yeux de son utilisateur.

À cette époque, le terme de « réalité augmentée » n’existait même pas encore, puisqu’il a fallu attendre 1992 pour qu’il soit proposé par Tom Caudell et David Mizell, avant que sa définition précise, soit exposée par Paul Milgram et Fumio Kishino en 1994.

La réalité augmentée aujourd’hui :

Les applications de la réalité augmentée sont nombreuses et touchent de plus en plus de domaines, tels que les jeux vidéo (les lunettes spéciales), l’éducation par le jeu, les chasses au trésor virtuelles (le jeu Pokemon Go) , le cinéma et la télévision (post-production, studios virtuels, retransmissions sportives…), les industries (conception, design, maintenance, assemblage, robotique et télérobotique), le pilotage d’avions, de drones ou d’automobiles, le médical (chirurgie) et aussi le commerce.

Comment ?

Dans un smartphone, ce sont la boussole et les accéléromètres qui fournissent les informations nécessaires pour permettre au logiciel de savoir où se trouve l’usager et la direction vers laquelle il est tourné.

Des applications de réalité augmentée peuvent également analyser des flux vidéo ou des éléments du corps humain, les mains ou l’ensemble des membres, comme le fait le Kinect de Microsoft.

Le V-commerce et la réalité augmentée dans le commerce :

  • La réalité augmentée devient un outil de vente incontournable et permet de rendre la marque plus attractive. Elle offre une grande qualité promotionnelle et constitue une vraie aide à la décision d’achat. Par exemple : dans l’univers du vin. Le consommateur peut scanner l’étiquette d’une bouteille et voir le vigneron en sortir virtuellement afin de lui présenter son domaine et son vin ;

Le V-commerce dans l’e-commerce :

La réalité augmentée est un élément d’aide à la prise de décision dans l’acte d’achat. Le secteur du mobilier utilise la réalité augmentée pour permettre aux clients de visualiser des meubles dans leur propre intérieur à travers une application mobile. Il suffit de transmettre une photo de son intérieur et vous pouvez y placer le mobilier directement sur le site internet. Le mobilier est modélisé en 3D et représenté dans ses proportions réelles. Certains magasins d’habillement se sont équipés de « cabines d’essayage » en réalité augmentée qui vous permettent des simulations ;

D’autres applications du V-commerce :

realite-virtuelle
realite-virtuelle
  • Pour le domaine de l’optique, les technologies d’essayage virtuel permettent de faciliter un choix lors de l’achat de lunettes ;
  • Concernant le domaine du tourisme, La réalité augmentée permet d’enrichir l’expérience du visiteur en proposant des contenus associés à ce qu’il est en train de regarder.
  • Les premiers catalogues, en réalité augmentée ont été créés pour Ikea en 2012.
  • Des enseignes telles que But et La Redoute se sont dotées sur leur site e-commerce d’une : « cabine d’essayage » pour le mobilier et les objets de décoration de leur catalogue.

Le V-commerce pour les annonceurs :

La réalité augmentée est synonyme de meilleur capital sympathie et de meilleure mémorisation, car la durée de visualisation des formats de ces publicités est nettement plus longue que celle des médias publicitaires traditionnels. Les possibilités de rapidité et d’interaction offertes par la réalité augmentée apportent une variété d’options de narration et renforcent également la relation entre les entreprises et leurs clients. La réalité augmentée est donc un outil innovant et créatif, non seulement pour l’acquisition de clients, mais aussi pour la gestion des relations clients.

Le V-commerce, pourquoi faire ?

La réalité augmentée sert par exemple à insérer des encarts publicitaires dans des images vidéos tournées sur des terrains de sport : les logos des entreprises partenaires d’un événement peuvent ainsi être toujours visibles quel que soit l’angle de vue choisi par le réalisateur, il est de plus possible d’afficher différents messages sur un même emplacement.

La réalité virtuelle est aussi utilisée en peinture artistique pour faire des peintures ou des décors, des décors de vitrines.

Pour les acheteurs-spectateurs :

La réalité augmentée permet aussi de plonger le spectateur au cœur d’un monde partiellement réel (des décors réels) et partiellement virtuel (des objets, des animaux…). Le spectateur devient acteur en interagissant avec les objets virtuels au moyen de capteurs. Une première application accessible au grand public existe au Futuroscope depuis avril 2008, dans l’attraction « Les Animaux du Futur », réalisée par la société française Total Immersion.

Lancé en 2017, IKEA Place, permet aux clients de décorer virtuellement leur intérieur en utilisant une application disponible sur l’App Store et Google Play. Une fois leur sélection faite parmi un catalogue de plus de 2000 produits disponibles en 3D. Ils peuvent visualiser le rendu du produit au sein de leur intérieur.

Des lunettes à réalité augmentée :

unettes-virtuelles-augmentées.
unettes-virtuelles-augmentées.

Ces lunettes connectées nous permettent aussi de recevoir des informations supplémentaires et d’interagir différemment avec le monde qui nous entoure.

De petites caméras situées au milieu et à l’extérieur de chaque verre envoient des images vidéo en continu à deux écrans à cristaux liquides sur la face interne des lunettes par l’intermédiaire d’un processeur mobile. Une fois reliées à un Smartphone ou à un ordinateur, les lunettes combinent les données informatiques avec ce qui est filmé en direct, créant un champ de vision stéréoscopique unique sur l’écran LCD, où les images de synthèse se superposent avec celles du monde réel.

Lunettes-casques d'écoute

Vos lunettes de réalité augmentée pourront aussi vos aider à faire les courses au quotidien. L’appareil aura en mémoire ce que vous possédez dans le frigo, et vous n’aurez qu’à choisir la recette de votre choix pour ensuite vous laisser guider dans les rayons vers les produits qui vous manquent pour la concocter. 

Pour un proche futur : des lentilles directement connectées.

Attention dangers pour les libertés individuelles :

En chine, pour détecter dans la rue, d’éventuels malades « Covid-19 » certains policiers ont été équipés de casques à réalité augmentée munis de caméras thermiques et de lunettes qui leur permettent de mesurer la température des piétons qu’ils croisent, et de savoir si ceux-ci ont transités dans des zones à risque, grâce au GPS des téléphones portables des promeneurs !

Quelques autres applications de réalités augmentées :

Il devient de plus en plus difficile d’entrer en contact avec des clients potentiels ou de les fidéliser. La réalité augmentée offre là de nouvelles opportunités :

Cdiscount a intégré sur une application mobile de son site e-commerce : une fonctionnalité de réalité augmentée qui permet notamment, de « tester » des nouveaux équipements ou objets dans un logement. Pour certaines catégories d’objets, on parle alors d’une augmentation des ventes entre 20 et 80 %.

Du « shopping virtuel » (augmenté) :

Selon une étude menée par Walker Sands : 66% des consommateurs seraient intéressés par le concept de shopping virtuel. Plus récemment, une étude menée par Greenlight VR indique que 53% de ceux-ci consommateurs seraient même plus intéressés par une marque si elle utilisait la réalité virtuelle pour vendre ses produits.

Cependant, l’essor du « V-Commerce » est encore freiné par les limites techniques de la réalité virtuelle et augmentée. Cependant, à mesure que les casques VR vont s’améliorer, avec par exemple une hausse de définition ou une miniaturisation, l’expérience deviendra plus réaliste et plus confortable.

Des outils de V-commerce :

Dans l’édition, le lecteur pourra se laisser suggérer des livres (avec vidéo virtuelle) qui changeront ses choix de lectures, plutôt que de s’en remettre au hasard ou aux critiques littéraires.

Des « miroirs magiques » permettront aux acheteurs d’essayer des modèles de vêtements de plusieurs couleurs et à des tailles différentes, sans passer par une cabine d’essayage.

L’arrivée des accessoires à retour haptique, comme la combinaison Tesla Suit ou les gants HaptX présentés au CES 2018, permettront de stimuler le toucher pour sentir la texture des produits.

Le V-commerce dans l’immobilier :

L’Américain Lowe’s propose une application en réalité virtuelle intitulée Holoroom. Cette application propose à l’utilisateur d’indiquer les dimensions de sa maison pour matérialiser un bâtiment virtuel présentant la même superficie. L’usager peut ensuite meubler ce logement virtuel à l’aide des différents meubles du catalogue de Lowe’s pour visualiser la manière dont les différents produits s’intégreront chez lui.

  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    30
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.