Guerilla et Street Marketing : « accrocher » le chaland dans la rue.

Le Street Marketing, comme le Guerilla consistent en deux techniques de communication proches et basées sur « l’effet de surprise » et la proximité avec la cible visée. Ils se doivent d’éveiller la curiosité et la sympathie…à moindre frais !

Street Marketing
Street Marketing

Le Street marketing et le Guerilla, partagent des caractéristiques communes avec de l’événementiel, et du storytelling ou plus exactement, ils se rencontrent souvent au cours de la célébration d’un événement exceptionnel et éphémère.

Le Street Marketing vous permet de:

  • Augmenter les ventes en accentuant ponctuellement la visibilité d’une marque, d’un produit ou d’une cause ;
  • Renforcer une communication dans la rue, dans des lieux publics de proximité, ou dans des zones de passage ;
  • Montrer au plus grand nombre, vos produits, votre marque,
  • Faire passer des messages alternatifs, voire politiquement incorrects si… avec de l’humour.
Street marketing
Street marketing

Les techniques sont variées :

  • La simple distribution d’imprimés, de flyers à la sortie du métro, dans les foules… ;
  • Une présence visuelle au sein d’événements de grande envergure (compétitions sportives, festivals de musique…) ;
  • Des campagnes d’affichages, légales ou sauvages ;
  • Des hôtesses et hôtes (« trooper ») ;
  • Le fameux homme-sandwich des années 80 ;
  • Des manifestations « spontanées » sur la voie publique ;
  • De l’échantillonnage et des dégustations ;
  • Des animations interactives aux entrées de magasins, devant une université, au pied d’un monument…
  • Du Buzz (bon ou mauvais) ;
  • Une expérience de consommateur-acteur dans la rue ;
  • C’est aussi la technique de marketing qui exige le plus de créativité tant dans les arguments développés, que dans les supports utilisés.
street-marketing
street-marketing

Le Street Marketing peut être utilisé :

  • À des fins #humanitaires ou environnementales pour soutenir une grande cause.
street-marketing-caritatif
street-marketing-caritatif

Des exemples de Street Marketing :

Une Agence de publicité japonaise propose à de jeunes filles de porter des autocollants publicitaires sur ce que les Japonais nomment le « zettai ryouiki », littéralement, le « territoire absolu », un endroit que certains hommes fétichisent, par exemple, sur le haut de leurs cuisses, moyennant 100€/j.

Publicis Conseil, partenaire historique de l’Institut du cerveau et de la Moelle (ICM). Cette agence avait conçu des visuels presse et d’affichages intitulés « Pourquoi donner ? », axés sur l’appel aux dons et la sensibilisation en vue d’impliquer personnellement le plus grand nombre. Une campagne-choc, qui interpelle, car elle prend le contrepied des campagnes habituelles d’appel aux dons :

Une vidéo de la campagne à Manhattan

Pour s’implanter à New York, des salariés de Michel et Augustin dans la rue, offraient un biscuit de la marque à tous ceux qui arrivaient à lire : « j’aime le livre de Marcel Saucet en croquant des gâteaux Michel et Augustin ». …Pas facile à dire quand on est anglophone. Pourtant, tout le monde a pu relever le défi : américains, français, indiens, chinois, des policiers, des hommes déguisés en personnage du Muppet Show. En quelques minutes, les passants sont devenus enthousiastes à l’idée d’avoir pu relever ce défi…et avoir goûté ces nouveaux gâteaux Français !

Vidéo de l’événement à Manhattan

Le Guerilla marketing,

de l’imagination et de l’audace :

Street - Guerilla marketing
Street – Guerilla marketing

Le terme #Guerilla marketing (ce n’est pas la guerre, mais plutôt une embuscade) a été lancé par le livre éponyme de Jay Conrad Levinson, publié en 1984. Il décrit un marketing non conformiste à petit budget. Le terme est passé dans le langage pour décrire aussi les méthodes non conventionnelles de marketing, mettant l’accent sur l’imagination plutôt que sur l’argent. Ce concept de stratégie disruptif et non-conventionnel, qui au départ, s’est organisé au départ, par des petites entreprises, ayant de faibles moyens, et surtout lors de grandes manifestations événementielles : rencontres sportives mondiales, dans des foules, pour être vues du plus grand nombre.

Son objectif principal consiste à provoquer une réaction émotionnelle chez des personnes, pour qu’au final ils se rappellent des marques d’une manière différente de celles utilisées habituellement.

Cette démarche s’avère intéressant (en particulier auprès de jeunes de 15 à 30 ans). Il est purement axé sur le consommateur en le prenant par surprise pour créer une forte impression dès le départ et ainsi faire fonctionner le bouche-à-oreille ou les médias sociaux.

Différents types de Guerilla marketing :

« L’Ambush marketing » :

Ou « marketing en embuscade » consiste pour une marque à « parasiter » un évènement profitant d’une forte exposition médiatique, comme un grand évènement sportif, sans en être un partenaire ou sponsor officiel. Mais illégalement, sans avoir versé l’argent nécessaire à ses organisateurs pour en devenir commanditaire officiel et pouvoir y associer son image.

Pour la marque ou le produit, il s’agit d’essayer d’obtenir une visibilité sans pour autant être le partenaire ou le sponsor de l’évènement. Ainsi, cette organisation va profiter de la notoriété et de la diffusion médiatique de l’événement… sans avoir rien dépensé, ou si peu !

« Le stealth marketing » :

Une action délibérée pour entrer, jouer dans, ou sortir d’un marché de manière secrète et imperceptible. Les personnes prennent part au produit sans savoir qu’ils sont acteurs de la campagne de publicité. Il faut être prudent et discret car si les participants sont mis au courant, cela aura un effet négatif sur la marque.

« Le marketing viral » :

Cette démarche se manifeste par du bouche-à-oreille électronique par lequel un message marketing, relatif à une entreprise, une marque ou un produit, est transmis de manière exponentiellement croissante, la plupart du temps au travers des médias sociaux. Le but est de créer le buzz via les réseaux.

« L’Ambient Marketing » :

L’objectif de ces opérations de promotion est pour la marque de rentrer en interaction avec son public tout en se fondant dans l’environnement ambiant. C’est une forme complexe de communication d’entreprise, qui mobilise les éléments de l’environnement externe (l’espace public), incluant potentiellement tout type de surface physique existante, pour transmettre des messages à même de susciter l’engagement du consommateur. 

Un exemple de Street Marketing :

La station de ski de Tryvann, en Norvège, située à moins de 20 minutes de route de la capitale Oslo. La station a communiqué en temps réel sur les conditions météorologiques locales ! Des abris bus ont été customisés et transformés en panneaux publicitaires extrêmement originaux. Lorsqu’un épisode neigeux avait lieu à Tryvann, le service communication local actionnait un dispositif SMS et de la neige artificielle se mettait à tomber à l’intérieur du double vitrage de l’abri bus. Les habitants d’Oslo furent donc informés en direct des conditions de neige de la station voisine et vivement incités à chausser les skis !

Un autre exemple fameux :

Durant une Coupe du monde de football en Afrique du Sud, la marque de bière hollandaise Bavaria a créé la « robe de la supportrice officielle » aux couleurs de Bavaria. Durant la compétition, à plusieurs reprises, ces hôtesses hollandaises se sont installées côte à côte et se sont agitées dans les tribunes, ce qui a fini par attirer l’attention des caméras, lesquelles ont diffusé l’image de la marque en Mondio vision ! Sans être un partenaire officiel de l’événement.

  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    19
    Partages

One Response - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.