Les normes ISO : pourquoi les utiliser ?

ISO a élaboré plusieurs normes internationales traitant de questions d’ergonomie dans la conception des systèmes de travail. Pour aider les entreprises et les experts à concevoir des lieux de travail propices à la satisfaction et au bien-être des clients et des salariés. Pour adopter un type de management responsable et « bienveillant », qui recueille les points de vue des salariés sur les situations de travail problématiques.

Normes ISO
Normes ISO

Des normes ISO pour le bien-être au travail :

  • La norme ISO 6385, Principes ergonomiques de la conception des systèmes de travail, établit des principes ergonomiques fondamentaux pour améliorer, concevoir et modifier des situations de travail ;
  • ISO 10075, Principes ergonomiques relatifs à la charge de travail mental. Elle fournit des lignes directrices pour la conception de systèmes spécifiquement destinées à prévenir une surcharge de travail mental ;
  • ISO 27500, décrit les valeurs et croyances que véhicule un organisme centré sur l’humain, sur les avantages commerciaux conséquents qui peuvent en être tirés. Et aussi explique les risques que l’organisme encourt s’il n’est pas centré sur l’humain.
  • L’ISO 14001 définit les éléments caractéristiques d’un système de gestion efficace et écologique de l’entreprise.
  • ISO 26000 donne des lignes directrices aux entreprises et aux organisations pour opérer de manière socialement responsable. Cela signifie agir de manière éthique et transparente de façon à contribuer à la bonne santé et au bien-être dans la société ;
  • Norme ISO 9001 vs 2015 utilisée par plus de 3 millions d’entreprises certifiées dans le monde. Pour apporter son impact positif sur la satisfaction des clients. Et depuis 2015 sur la satisfaction des salariés.

La norme ISO 9001 vs 2015

Pour le bien-être des salariés, voire leur bonheur au travail.

Pour le management :

  • De nos jours, dans les entreprises, avec les lois du travail, la RSE, les différentes directives, la lutte contre les discriminations, les délégués du personnel… les salariés connaissent mieux leurs droits. Les petits chefs ont perdu beaucoup de leur pouvoir naturel (ou divin) qui l’animait depuis des lustres. Les normes ISO leur redonnent du « pouvoir autrement ».
    • Les qualifications professionnelles des travailleurs se sont considérablement améliorées. Entraînant le fait que chacun sait ce qu’il a à faire et surtout comment bien le faire. Ils ont beaucoup gagné en autonomie. Ils n’ont plus besoin d’être accompagné « à la culotte ».
    • Dans une organisation, tout est fait (en principe) pour ne plus être victime de favoritisme, de discrimination, d’acharnement, avec comme principe « l’exemplarité des managers “. La recherche d’une notion de bienveillance qui fait autorité dans le management « moderne ».

Pour les collaborateurs :

  • La fixation d’objectifs donnant du vrai sens au travail de chacun via ;
    • L’exemplarité des managers ;
    • L’écoute des besoins des salariés via des entretiens individuels, chaque année ;
    • La mise en place d’une base de connaissances nécessaires pour que chaque collaborateur puisse bien exercer toutes ses responsabilités ;
    • La mise à disponibilité d’équipements garantissant de travailler dans de bonnes conditions de sécurité et de santé.

Et pourtant 

Les normes de qualité, à l’exemple de Norme ISO 9001 vs 2015, sont perçues par les salariés pour leur caractère contraignant. Sur le respect de bonnes pratiques ou le principe basée sur « l’amélioration continue ». Elles sont en effet jugées par les acteurs (les salariés) comme « des empêcheurs de tourner en rond ». Ou encore : « on nous en demande toujours plus ».

Mais depuis 2015, la satisfaction des salariés est devenue une nouvelle exigence de la norme, avec des objectifs « de qualité » dédiés. Avec leurs indicateurs de suivi. (Enquêtes de satisfaction des salariés).

Une nouvelle norme ISO 45001 (2O18)

ISO 45001
ISO 45001

ISO 45001 applicable aux systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail (S&ST), dont l’objet est de permettre aux organisations de gérer leurs risques en matière de santé et de sécurité au travail et d’améliorer leur performance. Cette encore nouvelle norme (que beaucoup attendait) introduit la notion de participation active des travailleurs et de leurs représentants (quand ils existent) dans la prévention des risques, avec la notion de proactivité.

Conclusion sur l’ISO et le bien-être des salariés :

La mise en œuvre d’une politique de bien-être, via les normes ISO, peut ainsi contribuer à l’épanouissement professionnel des salariés mais aussi à l’amélioration de l’ambiance de travail au sein des équipes et au renforcement du climat de respect et d’écoute. 

  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.