La QVT : La Qualité de Vie au Travail

La QVT « Qualité de vie au travail » désigne des actions qui permettent de concilier à la fois les améliorations des conditions de travail et le maintien des performances des entreprises.

QVT = Travailleurs heureux
QVT = Travailleurs heureux

Définitions sur cette qualité

La Qualité de vie au travail est une démarche ambitieuse qui ne s’improvise pas. La meilleure des améliorations sur ce bien-être, reste l’identification des plus grosses lacunes de votre entreprise par le prisme de ces thématiques afin d’œuvrer sur les plus urgentes. Pour cela, il faut définir des indicateurs concrets, qui permettent de « photographier » à un instant t l’ensemble des collaborateurs. C’est cette base de travail la qui va vous servir à orienter les actions dans la bonne direction,

Le sens initial du mot travail (du latin tripalium signifiant instrument de torture) 

Le terme de « Quality of work life » a été utilisé pour la première fois à la fin des années 60, par Irving Bluestone, employé de General Motors

En 2007, l’ANACT, dans le cadre d’une semaine d’échanges autour des conditions de travail, a défini les facteurs clés de la QVT :

  • les relations sociales et de travail ;
  • le contenu du travail ;
  • l’environnement physique de travail ;
  • l’organisation du travail  (télétravail) ;
  • la réalisation et le développement professionnel.

Le juridique de la QVT

En 2013, la loi Rebsamen inclut la QVT dans la négociation annuelle obligatoire des entreprises. La QVT devient ainsi incontournable dans les principes de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Plus précisémentL’ANACT et le HAS définissent la QVT comme :            « l’ensemble des conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, leur capacité à s’exprimer et agir sur le que la QVT est même contenu de celui-ci. » Et en France, 61% des millennials estiment que la QVT est plus importante que le salaire.

La QVT représente : « un sentiment de bien-être au travail perçu individuellement ou collectivement ».

En particulier dans les Start-up, la QVT, est un sujet très récurrent qui fait réfléchir les chefs d’entreprise, mais aussi tous les partenaires sociaux et les institutions de prévention des risques …

Les principaux piliers de la QVT :

À l’aide de ces outils la rentabilité augmente de 20 %, le turn-over baisse, la gestion des talents s’améliore.

Les piliers de la QVT
Les piliers de la QVT

Quelques chiffres

La force du collectif est, pour les salariés, le premier déterminant de la qualité de vie au travail. Et 81% estiment qu’il y a une bonne entente au sein de leur entreprise (un chiffre jamais atteint depuis 10 ans, en hausse de 4 points par rapport à 2018). 87 % se sentent bien intégrés dans leur entreprise (+2 points vs 2018).

Une grande majorité des salariés, ont une vision claire de leur rôle au sein de l’entreprise (78%) et déclarent maîtriser le poste qu’ils occupent (82% des salariés). 65% des salariés considèrent également que leur entreprise les aide à développer leurs compétences professionnelles.

Pyramide des besoins
piliers-QVT

Pourtant :

46% des salariés (50% des cadres et 52% des managers) estiment que leur rythme de travail s’est accéléré au cours des 12 derniers mois.

Cette accélération du rythme de travail s’accompagne d’une hausse de la fatigue physique, et d’une pression psychologique qui ne diminue pas.

Si l’on peut se réjouir des premiers chiffres, il faut aussi se préoccuper des seconds. La recherche de la QVT représente bien une amélioration continue, Une sorte de quête de Graal pour les RH des entreprises.

Attention à la charge de la QVT :

  • A mesure de la tertiarisation de l’économie, les taches administratives, intellectuelles et relationnelles deviennent de plus en plus nombreuses et primordiales…et prenantes;
  • On assiste à une intensification de la charge mentale qui est provoquée par les nouvelles technologies informatiques, la formalisation généralisée des procédures de travail (exigences des certifications, des normes de qualité, juste-à-temps…);
  • L’adaptation rapide aux nouveaux logiciels, imposent une vigilance, une précision accrues et constantes;
  • Des exigences émotionnelles fréquentes et accrues dans des métiers de plus en plus relationnels augmentent la pression sur les salariés ;
  • L’exigence d’une disponibilité constante 24/24 et 7/7, par le truchement du téléphone ou de l’ordinateur portable devient la norme.

Le management “institutionnel

À l’opposé du management « autoritaire », un manager « institutionnel » assure, avec plus de diplomatie et d’empathie, ses fonctions de direction et de planification. Il contrôle toujours, mais avec beaucoup plus de souplesse que le manager autoritaire. Il cherche à animer, communiquer, motiver. Ses directives sont accompagnées d’explications, et leur exécution est sanctionnée à l’aide de la technique « de la carotte et du bâton ». Si une erreur est commise, le collaborateur bénéficiera, d’abord du bénéfice du doute (la carotte), mais lors d’une récidive ce sera le bâton.

Une grande importance sera apportée alors aux réunions, car elles font participer les collaborateurs concernés aux principales décisions, et aussi afin de recueillir des suggestions.

Conclusions :

  • Le triptyque « confiance-autonomie-responsabilité », représente la base de l’entreprise libérée proposée par Isaac Getz. Celui-ci recommande de créer un environnement où les salariés « vont pouvoir redéployer leur énergie et leur enthousiasme pour ne pas que leur vie commence quand le travail s’arrête » ;
  • Il faut concevoir la QVT, non pas simplement comme l’amélioration des conditions de travail, mais doit devenir comme une véritable redéfinition de notre rapport au travail ;
  • Le prochain challenge ? Devra aller bien au-delà du minimum de la QVT pour un engagement accru des salariés.
  • 26
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    26
    Partages

2 Comments - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.