Au paradis nommé SNCF *

Concernant la SNCF : un extrait d’un article de Jean Nouailbac (journaliste-enquêteur de « Que choisir ») qui a décortiqué les avantages hors du commun dont bénéficient les salariés de la #SNCF. Publié en 2015 donc avec du « recul », mais encore plus d’actualité aujourd’hui.

"Journée d'actions" à la SNCF
Une “journée d’actions” à la SNCF

Cet article constitue un incroyable constat sur la SNCF ! Complètement abasourdi, je ne peux émettre aucun avis supplémentaire, tant celui-ci se suffit à lui-même !

OK pour un droit de grève pour exprimer des revendications, mais dans le respect des autres, pas pour empêcher les autres de travailler : les entrepreneurs, les commerçants, entraver les déplacements des familles, casser l’économie nationale…

La SNCF

 « Dans cette maison, chaque fois qu’on ouvre une armoire, on découvre des situations anormales : il y a trop de monde, on y travaille moins qu’ailleurs et beaucoup moins longtemps, on y est mieux payé, les retraites sont meilleures, les primes vraiment nombreuses, les billets de train gratuits à vie pour toute la famille, le comité d’entreprise très riche… et très dépensier et, bien sûr, c’est le contribuable qui paie la différence entre les recettes normales et les dépenses excessives : chaque année en moyenne, l’entreprise reçoit plus de 12 milliards d’euros de subventions publiques* pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 30 milliards ».

  • par subventions publiques, on entend le fruit de nos impôts, donc chaque salariés sponsorise le gréviste qui l’empêche d’aller au travail.
  • On marche sur la tête !

Quelques commentaires sur cet article sur la SNCF

Un véritable sondage d’opinions sur le sujet.

Les qualités que devaient avoir un conducteur de train :  “une bonne vue, une bonne audition, une bonne santé” ! Vous vous rendez compte, ce qu’on leur demande ? Mais c’est la lune 

On comprend, faudrait être fou pour entrer dans le régime commun du simple travailleur. Comme disait la mère de Napoléon : ” Pourvu que ça dure… “

Quant au laisser-faire ou avantages concédés, ils tiennent aux attitudes ambivalentes des politiciens qui d’un côté regrettent les grèves et les désagréments, mais d’un autre coté bénéficient indirectement du fruit de leurs grèves et peuvent compter sur elle pour une grève de solidarité.

Fabien Villedieu, cheminot et porte-parole SUD-Rail : Le sieur Villedieu dit être cassé à l’âge de… 42 ans ! Commençant son travail à 3H, terminant à 10 ou 11 heures, il travaille comme un boulanger ou un boucher de RUNGIS, sauf que lui, ne travaille pas dans le froid ou la chaleur ! Il invoque la pénibilité de son travail comme conducteur ! Rigolade !

D’autres commentaires :

Les rois du monde à savoir les conducteurs, travaillent dans des cabines quasiment automatiques et n’interviennent qu’en cas de problèmes !

Au lire de cet article révélateur on est époustouflé de voir les agents SNCF manifester de cette façon avec une telle virulence pour le maintien des “zavantageszakis”. S’ils avaient eu un brin de jugeote, mais c’est peut-être trop leur demander, ils auraient dû mettre une sourdine et faire preuve de la plus élémentaire modestie voire à de la plus extrême prudence. En résumé “s’écraser”. Car probablement les conclusions de l’article vont “fuiter” et ameuter les populations. Avec les réseaux sociaux… Ça va vite. Mais pour eux c’est “toujours plus”.

Je vous fais grâce du reste (à ce jour plus de 1 000 réactions et commentaires sur cet article sur les réseaux sociaux).

Mon grand-père paternel était cheminot :

Conducteur à la SNCF (avant)
conduteur-chauffeur de locomotive à vapeur

Mon grand-père était chauffeur dans une locomotive à vapeur, il alimentait la chaudière en charbon pendant que le conducteur lui, nez au vent d’hiver et à la pluie, essayait de distinguer dans la fumée et les escarbilles les signaux sur la voie. Il est mort jeune et quand il rentrait à la maison c’était déjà un cadavre ambulant. La peau du visage brûlée par les flammes de la chaudière… Et il était fier de son métier.

conducteur-train-aujourdhui
conducteur-train-aujourdhui

Je comprends la création alors de régimes spéciaux, mais aujourd’hui messieurs les cheminots ne me parlez plus de pénibilité, je vous en prie.

Conclusion :

« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » représente une des phrases les plus connues du communisme. Cette phrase conclut le Manifeste du Parti communiste, publié en 1848 par Karl Marx et Friedrich Engels. Il est clair que le prolétaire d’aujourd’hui il ne travaille plus à la SNCF !

À rappeler : Le régime spécial de retraite des cheminots n’est pas seulement le fruit de la lutte syndicale. Ces avantages ont été pensés par les patrons de chemins de fer du XIXe siècle pour fidéliser une main d’œuvre qualifiée et l’empêcher de partir à la concurrence.

Faites circuler l’article de Jean Nouailbac

  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.