L’humour, un outil de #management peu utilisé :

“Humor, a little used management tool”:

L’humour au travail (comme soft skills), permet un management à haute valeur ajoutée, Nous sommes en effet, de plus en plus encouragés à améliorer notre capacité à gérer plus judicieusement nos relations en entreprise. et ce, avec plus d’#empathie entre collègues, ou avec nos collaborateurs.

humour au travail

Pourquoi de l’humour?

#L’humour, constitue un puissant outil de management, pourvu que celui qui l’utilise (dirigeant ou simple employé) sache adapter son type d’humour en fonction du statut de la personne à qui il s’adresse, (sexe, âge, hiérarchie, sens de l’humour…). Car l’humour peut détruire la crédibilité d’un manager et offenser durablement un collègue.

L’humour entraîne une prise de conscience de l’incongruité entre deux éléments. Et la capacité à basculer d’un élément à l’autre est un processus cognitif identifié comme améliorant la créativité. 

L’humour utilisé comme arme de communication :

L’humour facilite la communication : il agit sur la cohésion du groupe ; il réduit le stress ; permet de prendre du recul, favorise la créativité, développe une culture d’entreprise. Il peut même, débloquer les situations de démotivation.

L’humour offre aussi un « pouvoir autrement ». Il permet de faire passer des messages, parfois délicats, sans heurter des susceptibilités exacerbées, il va enfin, créer du lien avec ses collaborateurs, et instaurer des échanges plus fluides donc plus productifs.

La finesse d’un jeu de mots subtil, ou de l’autodérision aidera à prendre de la hauteur, voire à dédramatiser une situation complexe et même embarrassante.

L’humour, pour un manager :

En fait, un bon communiquant doit savoir jusqu’où il peut plaisanter et surtout avec qui il peut le faire.

« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » disait Desproges.

L’humour peut booster la performance d’une entreprise mais aussi en détruire irrémédiablement la culture. Exit donc l’ironie à outrance ou la stigmatisation qui peut blesser. Une maladresse, une malveillance, peut rabaisser votre interlocuteur et ce n’est sûrement pas votre but recherché.

L’humoriste :

Pour « l’humoriste » il s’agit de bien analyser l’ambiance générale pour y instaurer, pas à pas, une certaine culture de l’humour. Cela passe aussi par certaines attitudes de la part du dirigeant comme d’être plus disponible, plus accessible et plus spontané dans ses échanges.

On peut aussi choisir pour plaisanter d’entrer dans la propre passion ou dans l’expertise de celui que vous voulez ENCHANTER. (par exemple sur le Foot avec un fan de l’OM).

En entreprise :

En entreprise, concernant la plaisanterie, il vaut mieux éviter les sujets clivant (religieux, politiques, graveleux, discriminants). Je me souviens une fois en conférence je m’étais permis une réflexion sur « des parents indignes », sans savoir que dans l’assistance une femme avait été condamnée pour une tentative d’infanticide ! et comme tout le monde le savait (sauf moi) j’ai simplement ressenti que j’avais perdu une bonne partie de mon auditoire.

Lhumour permet enfin de remettre de l’humain  et de la bonne humeur au sein des entreprises !

Mais prenez garde de ne pas transformer l’entreprise en Salle de Comédie, car en entreprise on y travaille aussi…sérieusement.

Dans les PME :

Dans les PME, 83 % des salariés considèrent que la place de l’humour dans l’entreprise est importante.  

L’humour, ce n’est pas simplement de raconter des blagues. Mais le faire plutôt une manière de construire ses relations professionnelles d’une manière détendue et bienveillante ou pour le moins jamais méprisante.

Dans une période de crise (à un moment où justement l’humour peut être le plus bénéfique), car il va créer une ambiance plus conviviale. Il permettra aussi de transformer des habitudes mentales négatives ou d’appréhender des ­situations de manière plus positive. Bref l’humour donne l’occasion de POSITIVER.

À l’international :

À l’international la question sur l’humour n’est pas de savoir s’il est accepté #oupas, mais plutôt, quel type d’humour utiliser, dans quel contexte et avec qui, en particulier en Asie.

Au Canada ils sont généralement plus tolérants avec l’humour et en tant qu’Européen, il faut parfois relire plusieurs fois certaines anecdotes pour en saisir le sel. Ils possèdent des “académies” de management par l’humour.

Dans les pays anglo-saxons, les dirigeants commencent souvent leur speech par une touche d’humour afin de détendre l’atmosphère et de capter l’attention de l’auditoire. Et ça c’est tout un art car ce peut être la seule partie de l’exposé que les gens retiendront plus tard.

Le rire :

Le rire fonctionne comme un véritable massage interne, en agissant sur les poumons, les organes abdominaux et le système cardio-vasculaire ! D’un point de vue hormonal, il augmente la production de substances cérébrales, comme les endorphines, qui atténuent le stress. D’après des scientifiques, une minute de rire équivaudrait à 45 minutes de relaxation.

En temps de crise :

En période de crise : (guerre, grève, épidémie, troubles sociaux) il est particulièrement important pour le management d’empêcher de gonfler les réactions en communicant plus et en maniant l’humour, et la dérision.

En période d’angoisse : le cerveau n’est plus en état de recevoir objectivement des informations surtout quand elles sont discordantes.

En cas de confinement : la solitude peut provoquer plus d’inquiétude, elle aussi irrationnelle, donc, les managers doivent rompre régulièrement cet isolement, et là aussi, l’humour, le rire, l’autodérision constituent des outils efficaces.

Conclusions :

L’art de la négociation, selon un ancien du Raid :

« L’éclat de rire à répétition, c’est le seul moyen de faire sauter certains verrous tenaces. Rancœurs, frustrations, non-dits… tout ce qui mine les relations en entreprise, seul le rire, comme un shaker, peut les secouer et les dissiper ».

Serge Grudzinski (grand spécialiste de l’humour au travail qui depuis 25 ans déploie toute son énergie au service de l’humour. « Le rire a toujours été essentiel dans ma vie, à l’école, à la maison, comme dans ma vie professionnelle. Mais rien à voir avec la petite vanne. C’est bien plus profond que cela. Je cherche à atteindre l’émotion positive maximale ».

« L’humour et le rire, deux médicaments contre le stress et qui ne coûtent rien à la Sécurité Sociale ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.