Le risque des fausses informations (5)

L’humanité produit autant d’informations en deux jours qu’elle ne l’a fait en deux millions d’années. Et en plus, pour chacune d’entre elles nous recevons aussi  et toujours en instantané, nombre de commentaires.

Des informations manipulées
Des informations manipulées

Les mauvaises informations

Au milieu de tout ça, des FakeNews forcément non vérifiées, des thèses complotistes, des publications commerciales orientées, plus nombre de promesses de nos dirigeants (économiques et politiques) et sans compter sur les Deep Fakes (c’est nouveau et mixés avec du porno, cela prend une dimension catastrophique aux États-Unis) ! Alors comment recevoir cette marée de nouvelles et donc de maîtriser nos émotions ? Et surtout qui croire ? Comment ne pas être assaillit par le doute et de se poser la fameuse question « Pourquoi cherche-t-on à nous cacher la vérité ? »

Pourquoi ces doutes sur la réalité des informations données ?

  • Concernant les médias officiels, dans leur recherche absolue du scoop, avant d’être en mesure de pouvoir vérifier la réalité des faits, ils diffusent, par la suite ils commentent ;
  • Lors d’un incident, durant les premières infos données, les journalistes devraient émettre des réserves sur le bien fondé de leur niveau de connaissance. Sans semer la confusion par des formules comme : « il semblerait selon certaines sources bien informées que… », « selon des témoignages… ».
  • les détenteurs d’infos ne doivent pas se précipiter devant les caméras et les micros pour n’avoir rien à dire de fiable, comme dans une course à l’échalote.

Quand on ne sait rien, on ne dit rien.

Pour avoir de bonnes informations, il nous faudrait :

  • Des porte-paroles crédibles* donc dignes de confiance, devraient être officialisés. Dans un premier temps, ils seraient ainsi les seuls habilités à pouvoir s’exprimer? Par exemple, les préfets seraient les mieux placés, mais actuellement ils demeurent trop dépendants du pouvoir.
  • *Concernant la porte parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, est-elle encore crédible après avoir affirmé à la presse :“Assumer de mentir pour protéger le Président” ? (l’express juillet 2017).
  • Que ces portes-voix ne considèrent pas les citoyens comme des  êtres incapables de raisonner, ou bien comme des sujets passifs auxquels on dicterait ce qu’ils doivent penser.

En d’autres termes…

  • Les voix officielles ne devraient pas confondre information et manipulation. Le peuple n’est pas complètement débile;
  • Plus de transparence, depuis fort longtemps on nous assène non pas la juste vérité, mais ce que le pouvoir juge bon (pour lui) de nous communiquer ;
  • En outre, la communication officielle, pour rassurer la foule, devrait adopter une stratégie à long terme, qui expliqueraient en fait, chaque jour, par exemple : sur ce qui a déjà été fait pour protéger les citoyens. Et non pas de parler, les larmes aux yeux, après chaque incident. Au moment où justement nous n’écoutons plus d’une manière objective. Mais où chacun entend : je suis peut-être coupable mais pas responsable”.

Et puis surtout :

Dans notre société actuelle, tout fini par se savoir, le moindre incident est filmé par une caméra de surveillance ou un Smartphone. Les réseaux sociaux peuvent diffuser en direct le déroulement d’actes terroristes, avant que leur IA et leurs algorithmes puissent interrompre la transmission ! Alors pourquoi vouloir dissimuler bêtement même ce qui pourrait être inacceptable?

Les risques des informations sur de réseaux sociaux
Les risques des informations sur les réseaux sociaux

Alors que faire ?

Des informations pour rassurer les populations concernées, en ce qui concerne la communication (celle-ci d’ailleurs s’avère souvent maladroite ou inopportune). Alors quelles mesures adopter ?

  • Absolument rien ! À l’ère des réseaux sociaux, des thèses complotistes (déjà très nombreuses sur Rouen!), il est vain de croire rassurer les populations uniquement par des simples paroles ou bien des commisérations devant des cercueils en pleurs ;
  • En premier lieu, pour ne pas courir le risque d’amalgame (de surcroît une d’une véritable gravité en soi), nos élus essayent souvent, maladroitement, de noyer le poisson en tournant autour des vraies causes. En fait, par leurs louvoiements, ils dénaturent les raisons qui peuvent entrer dans l’esprit des gens. Cela ne fait qu’amplifier le doute dans nos têtes;
  • Ensuite pour tous ces “maladroits de la parole”, ils leur faudra ramer très fort pour remonter le courant ! Plus tard il en restera tout de même de l’incrédulité chez les gens ;

les informations sur le terrorisme

  • Concernant les actes terroristes, (je n’ai pas dit attentat), reconnaissons que depuis une longue période, ces incidents sont provoqués par des musulmans extrémistes, Combien de victimes ont été tuées par des chrétiens, des Juifs, ou des Sikhs… ? La réponse est… évidente pour tous;
  • Envisager comme cause probable un islamisme radical me semble fort probable. En quoi serait-ce faire preuve d’Islamophobie de le dire? Mais pourquoi ce ne pourrait pas être une hypothèse crédible ;
  • Ne jamais promettre ce que l’on sait très bien ne jamais pouvoir tenir (un principe très bien connu des commerçants).
Promesses politiques
Promesses politiques

Entre deux informations possibles il faut savoir choisir la moins risquée :

Dans le cas de l’incendie de Rouen : entre le risque d’amalgame contre les musulmans et celui de paraître comme voulant abuser la population. Qu’auriez-vous choisi à la place de notre ministre de l’intérieur ? Qui en l’occurrence, en s’étant montré peu clair, il à suscité les deux risques « en même temps ».

Le risque d’amalgame contre la communauté musulmane

Ce risque est réel, il existe bien, et il demeure fort préjudiciable pour les deux parties. Mais cette confusion entre les musulmans bien intégrés dans la société française et ceux qui rejettent notre société, s’il est réel c’est à la communauté musulmane de le régler, et à elle seule. Il existe bien des intellectuels musulmans qui pourraient rendre compatible l’Islam à notre République et ainsi apaiser les esprits. (Après tout les autres religions ont su se transformer, se moderniser et s’adapter aux changements de société, alors pourquoi pas le Coran, qui au demeure ici, est souvent dévoyé de son vrai sens).

Donc, il importe :

  • Aux musulmans à supporter et aussi à pallier aux soupçons provoqués légitimement par quelques intégristes d’entre eux;
  • Aux autres (tout le reste de notre communauté) à ne pas considérer son voisin musulman comme un risque potentiel ;
  • À nos décideurs politiques de ne pas faire preuve de naïveté ou de faiblesse, pour dresser durablement une vie commune dans la maison commune. (C’est à dessin que je n’emploie pas le mot intégration). En prenant des mesures fermes, pour combattre, à la racine, ce risque d’implosion sociale. Maintenant que l’on a identifié officiellement  « l’Hydre islamique » il faut lui couper les têtes.(« Chiche ! »). Mais cette promesse a été formulée dans l’émotion, devant 4 cercueils, et non pas en Conseil des ministres, elle risque donc de rester un effet de manches, une promesse que l’on ne tiendra pas;

Pour lutter contre le cancer

  • Nous avons le choix entre l’hormonothérapie, la radiologie, la chimiothérapie, l’immunologie, mais aussi la chirurgie ;
  • Emmanuel Macron a appelé tous les Français à se mobiliser pour agir, mais moi, au milieu de la forêt, rencontrant peu de monde, Ok je veux bien, mais qu’est-ce que je peux faire ? Je ne connais personne en voie de radicalisation. Là aussi c’est aux proches (amis, famille, collègues*…) des ces « Hydres » de se mobiliser en les dénonçant. Combien de signalements ont été effectués contre ces monstres naissants ? (* les collègues de l’assassin de la préfecture, pourtant sensibilisés au recueil de renseignements, pourquoi n’ont-ils rien signalé ?).

Que de questions, que de doutes

Pour me rassurer, pour nous rassurer, un peu plus de vérité et de transparence pour ne pas laisse s’ébaucher dans nos cerveaux des perspectives bien sombres.

Pouvez-vous m’aider dans la rédaction d’un livre sur le management des risques? En me rapportant tous les mensonges que prématurément on nous a assénés dans l’attentat de la Préfecture. Je compte bien prendre ces graves dysfonctionnements comme exemples de mensonges d’État. Merci !

  • 43
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    43
    Partages

One Response - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.