La publicité aujourd’hui, La publicité autrement

La publicité aujourd’hui se doit de tenir compte des nouvelles aspirations des nouveaux consommateurs à savoir:

  • Voir ses relations avec les marques centrées sur lui, le consommateur-roi.
  • Être considérés par elles comme unique
Publicité
Publicité

La publicité dans le commerce

La publicité, reste un outil de transmission d’une information liée à l’actualité d’une entreprise, d’un commerce, d’un nouveau produit ou d’un nouveau concept, d’une nouvelle expertise, d’une nouvelle prestation.…pour interpeller les acheteurs et ensuite les fidéliser. Aujourd’hui, son rôle correspond à s’adapter aux nouveaux moyens de communication.

Les publicités ciblées, qui utilisent les données de l’historique de recherches et d’achats des internautes, sont aujourd’hui monnaie courante. Alors que la consommation de programmes télé continue de diminuer, de plus en plus d’argent est investi dans la publicité numérique. À la fin de l’année 2018, Amazon était en passe de devenir le troisième annonceur numérique aux États-Unis après Google et Facebo

Il ne devrait plus y avoir un seul Euro de dépense publicitaire sans savoir combien cela peut vous rapporter. Cela s’appelle le « Retour à l’investissement » (ROI).

Or la diffusion d’une page de pub, quadri, en emplacement privilégié cela va chercher dans les 10 000 € par numéro, sans compter tous les coûts de conception de l’encart.

Qui sait combien lui rapporte une page chaque mois dans un grand magazine ? Et pourtant tous les numéros sont envahis de pages de Pub.

Trente secondes de pub avant la diffusion d’un film, à la une le dimanche soir en prime-time sur TF1, la note peut grimper jusqu’à 150.000 euros. Combien de téléspectateurs suivent réellement ces pub ?

Ma question : ne peut-on pas être plus efficient avec de tels budgets ? Mais surtout ne peut-on pas choisir des investissements dont on peut réellement mesurer l’impact plutôt que de « faire ce genre de pub, uniquement parce que les autres en font ».

De la publicité il faut toujours en faire, mais autrement

quelques exemples de publicités innovantes :

Google instaure des nouveautés publicitaires :

  • pour les commerces locaux, par la création d’un format avec un catalogue de produits. L’intégration est native et très agréable visuellement. Cela permet de dynamiser le chiffre d’affaires de certains établissements d’une enseigne, ou de mettre en avant des produits spécifiques, pendant le Black Friday et pendant d’autres temps forts. Les magasins Boulanger ont utilisé ce type de publicité, les résultats qu’ils ont obtenus sont impressionnants. Ils ont enregistré 20 000 visites en point de vente, pour un retour sur investissement : 42 fois plus important. Cependant, ce type de format nécessite beaucoup de préparations en amont, et de devoir se rapprocher d’une agence « Google Ads ».
  • Google propose aussi aux commerçants de préparer des publicités sur des produits qu’ils possèdent en stock, appelé « local inventory ad. » Ainsi, si un utilisateur recherche quelque chose de spécifique et qu’un point de vente possède ce produit dans son point de vente, la publicité se présentera à lui. Et donc, une vitrine locale hébergée par Google comme une expérience de vitrine numérique.
  • La Marketplace de Google : ROPO (Research Online, Purchase Offline) prend ici tout son sens, du côté point de vente, du bon référencement du site, de la localisation, et du catalogue de produit. Le « géant du search » permet un accès aux produits dans un canal qui fusionne avec Google Search, Google Express, et Google Assistant.

– La publicité TV interactive

La publicité TV interactive refait parler d’elle et apparaît comme le  nouveau sujet de réflexion du marché publicitaire. La connexion des téléviseurs au réseau IP permet de doter les  publicités TV de tous les attributs des publicités web, et de marier les  bénéfices de ces deux supports : la puissance et l’impact d’un spot TV  associés à l’interactivité et à la « mesurabilité » des formats  Internet.

– Le renouveau de la publicité interactive est lié à l’essor de  l’IPTV (de l’anglais « Internet Protocol Television »): plus de 18 millions de foyers français disposent désormais d’un  abonnement Internet haut débit, et pour un grand nombre d’entre eux,  leur poste de télévision est directement relié au web (via la TV ADSL,  le câble numérique, les boxes satellites connectées ou encore les  téléviseurs connectés dont les ventes sont en plein boom).

Parallèlement, les opérateurs IPTV et les équipementiers, qui ne  profitent pas de la manne publicitaire TV dans le modèle actuel, ils voient  dans la publicité IPTV une manière de s’accaparer une partie de ce  marché.

A première vue, la publicité IPTV dispose d’atouts indéniables :  

  • la croissance du marché adressable, essor des usages TV actifs ;
  • une adéquation  avec la demande de ROI des annonceurs
  • une valeur ajoutée par  rapport à la publicité TV traditionnelle en termes de ciblage, de  localisation.

Au final, la publicité IPTV, en favorisant l’arrivée du monde de la  publicité web sur l’écran de TV, pourrait profondément bouleverser le  marché de la publicité TV et permettre à de nouveaux acteurs d’émerger,  notamment les opérateurs IPTV.

– Orange avait lancé fin 2008 une expérimentation avec  l’annonceur Citroën sur sa chaîne Orange Sport Info : 100 000 foyers ont  ainsi pu tester la publicité interactive pour la C5. Grâce à une  pression sur un bouton de leur télécommande, ils pouvaient accéder à des  informations complémentaires sur le produit (photos, vidéos, liste de points de vente etc.). Orange a ensuite annoncé vouloir généraliser l’expérience  sur l’ensemble de ses chaînes. En France, la TV sur ADSL a été lancée par Free fin 2002 à Paris. Parmi les opérateurs proposant cette offre, on peut citer : Alice, Free, SFR, Orange et Bouygues Telecom.

– La publicité programmatique

Le publicité programmatique désigne l’ensemble des campagnes marketing associées à l’utilisation de logiciels et d’algorithmes. » et permet :

  • la négociation des achats d’espace devient complètement automatisée!
  • l’achat de mots-clé se fait directement via Google Adwords ;
  • l’insertion de publicité en ligne est prise quasiment instantanément via des outils technologiques automatiques.
                                                          

Dans un processus de vente, l’ordinateur a la possibilité de réagir instantanément grâce à sa puissance de calcul, et il est disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. La réactivité ainsi gagnée et le raccourcissement du processus global correspondent à l’attente de lagénération des natives digitals, habitués à l’instantanéité des réseaux sociaux.

L’apparition des ad-exchanges et des achats programmatiques a révolutionné la manière dont les responsables marketing génèrent de la croissance pour leur entreprise. Je vous invite à lire ce guide pour comprendre comment tirer profit du prospecting basé sur le programmatique.

Ces nouvelles techniques sont très intrusives, elles irritent nombre d’internautes qui voient surgir sur leur écran des publicités non demandées.

La publicité display ne concerne plus seulement les espaces invendus mais également les espaces premium !  – Webedia va récupérer en interne la commercialisation de l’ensemble de ses inventaires publicitaires.

– La publicité native = publicité réinventée

« native advertising »,  ou la publicité intégrée est une publicité, principalement en ligne, qui s’harmonise avec le contenu éditorial classique sur lequel elle apparaît. (Le mot « natif » fait référence à cette cohérence de contenu) Par exemple vous lisez un article historique sur les chaussures au Moyen Âge, quand apparaît sur votre écran une  bannière publicitaire ou un publi-reportage conçu par une marque de chaussures. Cela ressemble à un article, cela se lit comme un article mais ce n’est pas un article classique, c’est un article sponsorisé par une marque commerciale pour faire parler d’elle ou d’un de ses produits.

Cette intégration d’une pub orientée, dans un contenu éditorial a pour but de contourner l’action  de blocage d’un message promotionnel par l’usage des logiciels antipub. Ceux-ci sont utilisés par des internautes  qui rejette les formes classiques de publicité : (l’effet « Banner blindness »).

La publicité native s’inscrit dans une stratégie d’Inbound Marketing (marketing entrant) et de brand content. Dans laquelle l’annonceur n’opère  plus par un démarchage direct, mais il opte pour une stratégie créative de CRM.

La publicité native peut se présenter sous  une forme de media payant fréquemment employée par les marketeurs de contenu.

La publicité native est apparue fin 2012 aux États-Unis, par des agences media et d’annonceurs qui s’interrogeaient sur l’efficacité des formats classiques de publicité tels que les bannières, dont le taux de clic est passé d’environ 10 % en 2000 à moins de 1 % en 2014. Elle a réalisé une croissance de 213 % en 2017. Elle sera bientôt incontournable !

90% des principaux éditeurs américains proposent déjà des formats natifs sur leur site. Tous les grands médias US se sont ouverts avec succès au « native advertising » : New York Times, Washington Post, Buzzfeed, Huffington Post, Condé Nast… Des régies externes se sont aussi créées sur ce concept, Adyoulike, Sharethrough, Nativo, AdsNative…

En France, Le Monde, Prisma, Lagardère ont lancé leur offre dédiée.

L’efficacité de la publicité native repose avant tout sur la création de contenu à réelle valeur ajoutée et correctement ciblé.

Des outils de publicité native :

  • les liens commerciaux (sponsorisés) qui apparaissent dans les résultats de recherche  de Google ou Yahoo ;
  • les billets sponsorisés  sur les réseaux sociaux  (Facebook, Twitter, LinkedIn) ;
  • les vidéos et images sponsorisées sur YouTube, Pinterest ;
  • les widgets de recommandation (sur outbrain, disqus) ;
  • les listes sponsorisées (sur Amazon, foursquare, google) ;
  • les articles de fond, enquêtes ou dossiers, publiés dans la presse web et sponsorisés par une marque.

La publicité native agit en quasi instantané

Cette publicité en ligne est gérée par des « ad exchanges » qui répondent en environ 0.11 seconde entre le moment où l’internaute entre dans un site et celui où la publicité s’affiche. Après avoir analysé les requêtes précédentes de l’internaute afin de lui proposer une publicité en rapport avec ce qu’il recherchait quelques minutes plus tôt. 

Pourquoi utiliser la publicité native ?

  • plus impactante et plus consultée par l’internaute ;
  • plus difficile à bloquer via des adblockers ;
  • ne dérange pas les internautes, en particulier sur mobile (pour l’instant !).

Les limites de la publicité native

Accusées de tromper les internautes, ces publicités natives même habilement « déguisées » en publireportages  ou en dossiers rédactionnels risquent de décrédibiliser les médias qui les utilisent couramment. Tout en leur faisant perdre de leur indépendance, sans parler de la déontologie et de la transparence pour les journalistes qui pourraient se poser concernant pour ceux qui écriraient « en même temps » le sujet de fond et la publicité native.

29% des personnes interrogées identifieraient le native advertising comme de la publicité contre 77% pour les bannières classiques.

Prospective :

La publicité sur mobile s’est développée plus vite que sur n’importe quel autre support, et le « native advertising mobile » n’échappera pas à cette règle, il devrait même surpasser tous les autres formats d’ici 2020.

– La publicité dans les tunnels de métro :


La publicité était déjà présent partout, mais une innovation est apparue dans les tunnels de métro à Shanghaï, New York, Milan, Tokyo, etc. Le « tunnel marketing » devrait se généraliser dans les plus grandes villes du monde. Il s’agit d’une succession d’images apposées le long du tunnel. La vitesse donne une impression de film. Ce principe est emprunté au « feuilletoscope », déjà largement utilisé pour la réalisation de dessins animés, en faisant défiler les feuilles une par une.

– La publicité la plus rapide du monde :

La nouvelle campagne du constructeur automobile Honda, risque d’en surprendre plus d’un. En effet, ce dernier vous met au défi de pousser vos capacités de lecture au maximum, en utilisant une célèbre technique de lecture rapide.

Cette campagne, composée de 3 films, vous propose donc 3 vitesses de lecture allant jusqu’à 500 mots par minute, comme vitesse maximale. Arriverez-vous à lire et comprendre cette publicité ? … En vous la repassant plusieurs fois de suite et petite difficulté en plus : c’est en anglais !

– Des drones publicitaires :

Les drones trainant des bannières de pub, au dessus de foules assemblées sont sans doute l’une des prochaines « révolution » dans notre société ultra-consommatrice. En effet, la technologie existe déjà, il suffit juste que l’outil se démocratise pour qu’on puisse en voir voler un peu partout, et à tous les usages.

L’utilisation des drones est également devenu très « trendy » sur internet, et la moindre utilisation innovante de ces joujoux fait le tour de l’ Internet.

L’agence de publicité russe « Hungry Boys » a donc imaginé une campagne à base de drones pour un client vendeur de pâtes : les drones, sont équipés de panneaux publicitaires, ils arpentent les gratte-ciels pour aller faire la promotion des pâtes à l’heure du déjeuner, directement sous les fenêtres des potentiels clients.

il faut débourser seulement 100 euros, sans compter les déplacements, le logement et la nourriture des équipes techniques venant les faire voler devant les affamés.

– La publicité à réalité virtuelle

La plateforme de vidéo Vimeo s’est associée à l’entreprise Looking Glass pour proposer une nouvelle expérience sur son site. En effet, il est désormais possible de consulter librement des vidéos holographiques, avec des contenus à « réalités virtuelles » sur 360°.

Pour visualiser ces nouvelles pub, il est nécessaire de posséder un écran holographique adapté.

– La géolocalisation de votre mobile

En matière de publicité mobile, le réseau social Facebook devient la première source d’inspiration – 80% du trafic du réseau social vient des Smartphones – Par ses formats natifs – des post sponsorisés subtilement intégrés entre deux publications “amies” – et une utilisation intelligente de la data – les publicités sont présentées en fonction des intentions d’achat et des centres d’intérêts.

La géolocalisation de votre mobile a comme mérite de rendre la publicité plus pertinente, en offrant à l’utilisateur une proximité et une attractivité de l’offre sans équivalent. Mais son développement futur reste soumis à la mise en place du RGPD.

En utilisant la caméra frontale agrémentée de Réalité Augmentée cela donnera une dimension surprenante et mémorable de ces nouveaux formats innovants qui permettent de rendre la publicité plus ludique, interactive et immersive pour l’utilisateur.

Ces nouveaux formats innovants et non intrusifs, sont capables de susciter un vif intérêt et de créer une forte interaction avec l’utilisateur. 

– La vidéo publicitaire

Une publicité vidéo sur Internet offre souvent des performances supérieures à un spot télévisé tout en apportant de l’interaction avec les internautes :

  • via un bouton d’appel à l’action, ajouté aux annonces ;
  • avec un call back, l’internaute peut demander à se faire rappeler sur son téléphone afin d’en savoir plus voire même de commander un produit.
  • Il peut s’agir aussi d’un jeu-concours qui permettra à l’annonceur de collecter des contacts pour sa base de données prospects.
  • la vidéo peut héberger un lien permettant de télécharger un catalogue ou brochure ou encore d’accéder directement au site de l’annonceur.
  • on peut aussi y trouver des bons de réduction, de nouvelles vidéos et d’autres contenus.

En coûtant bien moins cher qu’un spot Télé, tout enobtenant un taux de conversion plus important. 

YouTube a choisi de mettre en ligne des plus courtes durées.

YouTube conserve les formats courts de 15 et 20 secondes, ainsi que leur fameux format non désactivable : Bumper Ads de 6 secondes. Ces formats plus courts sont idéaux pour le mobile.

YouTube étend son offre vers des campagnes plus orientées « ROIstes », en offrant aux annonceurs la possibilité de promouvoir des services/produits.

Les Stories 

Les réseaux sociaux se livrent une bataille acharnée sur les Stories, ce format éphémère (des contenus visibles 24 heures), lancé par Snapchat il y a 4 ans, dupliqué quelques années après par Instagram et proposé par la suite sur Facebook, Messenger et WhatsApp.

Instagram  fait évoluer ce format publicité afin d’offrir toujours plus d’interactivité à ses utilisateurs. La composante « Live » a été ajoutée et déployée en dehors des États-Unis. Et pour élargir leur offre de formats publicitaires.

Dans le futur, les contenus visuels, photos et vidéos, occuperont une place prépondérante sur les réseaux sociaux.

La publicité sur les réseaux sociaux

  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.