Votre santé connectée la “e-santé” (4/5)

La e-santé, ou la santé électronique, décrit l’ensemble des moyens et services liés à la santé et au bien être, qui utilisent les nouvelles technologies de l’information et de la communication. La e-santé fait appel à Internet, aux applications pour Smartphones et aussi aux objets connectés et aux robots techniques.

téléconsultation
la cabine de télémédecine en essai dans une pharmacie

Mieux s’écouter, mieux suivre ses propres indicateurs de santé et permettre un diagnostic précoce des maladies et donc de mettre en place rapidement un traitement plus efficace. Les objets connectés sont pour cela, de formidables outils de prévention santé pour y parvenir.

Qu’est-ce que la e-santé ?

La e-santé englobe des segments très variés comme la télémédecine, la santé mobile ou encore des objets connectés. Ces domaines s’appuient sur un ensemble de technologies numériques comme la big data, l’intelligence artificielle ou encore la technologie de stockage et de transmission d’informations (blockchain). Ce nouvel environnement  dessine les contours d’une médecine plus connectée que jamais !

la e-santé, un marché ?

L’e santé représente un marché de 400 milliards de dollars pour 2022.

En 2015, 7 millions de Français avaient déjà téléchargé une application santé sur leur Smartphone. On estime aujourd’hui que ce chiffre est supérieur à 1,5 milliard dans le monde.

Les mutuelles et la sécurité sociale s’intéressent aussi de très près à ce marché. En effet, les objets connectés santé sont plébiscités par le monde médical comme un progrès dans l’amélioration de la santé et dans la prévention des risques et également le suivi des malades.

Les outils de Virtual Private Network (VPN) représentent un protocole d’échanges permettant de créer un pont numérique entre le réseau hospitalier et le mobile du praticien, ils ont permis la gestion des patients à distance. Le transfert des radiographies par messages (MMS ou mails) ou l’accès au dossier patient en sont des exemples. Les consultations à distance se développent d’ailleurs dans les pays anglo-saxons (par exemple : l’application Your.MD permet une consultation à distance en vidéoconférence avec un spécialiste).

La santé connectée va devoir encore surmonter quelques freins.

Parmi les obstacles à l’achat évoqués par les patients :

  • 59% des Français jugent les objets connectés de santé comme trop chers ;
  • Le doute sur la fiabilité des mesures (50% des personnes réfractaires) ;
  • une l’intrusion abusive dans leur quotidien (29%) ;
  • La méfiance quant à l’utilisation de données. (24%)
  • La peur de ne pas savoir se servir de l’objet (22%) ;
  • La peur d’une dépendance, comme celle concernant les Smartphones (10%). 

La e-santé inclut :

  • les actes de prévention, d’information et de soins réalisés à distance ;
  • les actes médicaux et chirurgicaux réalisés à distance par un praticien par exemple une consultation par vidéoconférence, téléassistance lors d’une intervention, télésurveillance du patient, échanges d’avis entre praticiens, télé-expertise…
  • les applications numériques pour Smartphones ou objets connectés (bracelets…) en lien avec la santé ou le bien-être ;
  • les dossiers médicaux électroniques.

Quelques exemples d’objets connectés dans la e-santé :

  • Héllocare : un Hébergeur Agréé Données de Santé par l’ASIP (Agence Française de la Santé Numérique) garantissant l’intégrité de vos informations à caractère personnel, leur sécurité et leur confidentialité. en collaboration avec les professionnels de santé ;
  • les lentilles de contact pour diabétiques afin de mesurer le taux de glucose dans le sang et qui pourra être envoyer directement au médecin ;
  • un patch connecté pour les patients Alzheimer
  • E-celcius : une pilule pour surveiller les personnes venant d’être opérées ;
  • une montre Apple (ou autre) connectée pour identifier une crise cardiaque avant qu’elle ne se manifeste !
  • CardioNexion, un tee-shirt connecté pour prévenir les AVC.
  • Dodow promet de vous aider à vous endormir 2,5 fois plus vitre grâce à un exercice respiratoire cadencée par la projection d’une lumière;
  • MyThermo, un thermomètre connecté et sans contact qui affiche instantanément la température.
  • des cyberpillules. La Food and Drug Administration (FDA) avait approuvé l’implantation sous-cutanée de puces munies de radio-marqueurs à des fins médicales. Ces cyberpillules sont munies de microprocesseurs, qui, permettent de mesurer des paramètres biophysiques et d’envoyer ces informations au médecin ;
  • un pancréas bionique bihormonal
  • un nanorobot chirurgien, actuellement à l’étude par des chercheurs européens. Il possède 15 modules qui sont avalés par le patient avant de s’assembler dans l’intestin et d’effectuer des opérations chirurgicales très complexes !
  • un cerveau connecté par un système d’implants neuronaux dont les signaux neurologiques peuvent être décodés en temps réel par un système périphérique externe …
  • de la poussière intelligente : Les grains de poussières sont composés de nano-ordinateurs munis d’antennes et organisés en réseau. De la taille d’un grain de sable, ils permettent de gérer des processus complexes, comme déceler et combattre un cancer débutant, ou encore soulager la douleur d’une blessure.
  • un bracelet connecté anti-coups de soleil : connecté pour surveiller l’exposition au soleil d’une personne et pour prévenir le cancer de la peau ;
  • Withings, propose des objets connectés comme des bracelets et pèse-personne, WiFi jumelés à des applications mobiles qui vous permettront de suivre votre courbe de poids, votre masse musculaire, votre pression artérielle et votre rythme cardiaque ;
  • un tensiomètre connecté directement chez votre médecin ;
  • le premier urinoir connecté qui analyse votre taux d’alcoolémie,
  • Aura, un tapis à placer sous le matelas qui enregistre le rythme cardiaque, les mouvements, la respiration et la température.
  • Vivago est une montre connectée destinée à surveiller la santé des personnes âgées, malades chroniques ou ayant des besoins spécifiques ;
  • des puces électroniques implantables dans le cerveau et censées restaurer la mémoire à long terme. 

En chirurgie, des applications

Des applications mobiles se développent en chirurgie ou en orthopédie. De la démarche diagnostique, en passant par la décision thérapeutique et l’intervention chirurgicale,

  • Versius : des chercheurs britanniques ont récemment mis au point un nouveau robot médical, qui pourrait représenter une véritable révolution dans les hôpitaux. Selon le fabricant Cambridge Medical Robotics, le robot permettra de réduire les coûts et accélérer à la fois le temps d’opération et de rétablissement des malades ;
medical-nanorobots
médical-nanorobots
  • le robot Sedasys vise à effectuer des anesthésies générales lors d’opérations chirurgicales classiques directement par une simple infirmière ;
  • le Micro-swimmer Robot  est un mini-robot capable de déboucher les artères ou même de livrer un médicament dans un endroit précis du corps d’un patient.
  • les Google Glass pour filmer l’intégralité dune l’opération, et transmettre en direct les images à un spécialiste dans le but de lui montrer les gestes et le déroulement de l’opération avant qu’il ne la pratique lui-même.
  • À la sortie de l’hôpital, le patient reçoit une mallette connectée dans laquelle se trouvent plusieurs objets connectés de santé (thermomètre, glucomètre, oxymètre, auto tensiomètre, pèse-personne, selon ses besoins) et un dispositif électronique de poche équipé d’un écran et de deux boutons, qui permet de recevoir des alertes et de communiquer avec le médecin en temps réel.

« De l’homme réparé à l’homme augmenté »

La reprogrammation biologique, l’impression 3D d’organes et de tissus de rechange, les nanosciences, les prothèses sensibles, les implants cérébraux… la médecine régénératrice a le vent en poupe, nombre d’équipes de scientifiques travaillent pour la fabrication d’un… surhomme.

Vers 2020 (déjà demain !) : le futurologue américain Ray Kurzweil, gourou du transhumanisme et prophète de l’immortalité, annonce de grandes ruptures :

« Les personnes seront capables de reprogrammer leur propre biochimie, loin des maladies et du vieillissement, étendant de manière radicale l’espérance de vie ».

Ray Kurzweil

 

  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.