Ne vous laissez pas abuser par les Deep Fake

Deep Fake

Une Deep Fake

Deep Fake est la contraction de « deep learning » (apprentissage profond, un terme lié à l’intelligence artificielle) et « fake » (faux, truqué).

Une Deep Fake c’est une fausse vidéo qui utilise l’IA par une technologie d’apprentissage profond pour modifier les paroles prononcées par quelqu’un sur une vidéo afin de duper les internautes, et ce, d’une manière insoupçonnable puisque les nouvelles paroles prononcées par un comédien sont calquées sur le mouvement des lèvres, mais totalement différentes de celles réellement prononcées.

Ces fausses vidéos sont presque parfaites. Cela ouvre la porte à toutes les manipulations possibles dans un monde orwellien (De caractère totalitaire en manipulant l’information, tel que dans le monde imaginé par George Orwell – en 1960).

Une vidéo a beaucoup marqué les esprits aux États-Unis : celle de Barack Obama prononçant un discours totalement fictif dans lequel il traite Donald Trump de « deepshit » (grosse merde). Créée par le site Buzzfeed, avec le fameux logiciel FakeApp, cette vidéo visait précisément à mettre en garde contre les risques de désinformation.

Deep Fake Obama
Deep Fake Obama

Un logiciel en accès libre, simple à utiliser, a été mis à la disposition du grand public. Des progrès en matière d’intelligence artificielle permettent désormais de synchroniser le mouvement des lèvres et le discours, et ce, sans être un génie de l’informatique et du codage.

De nombreux « Deep Fakes circulent sur internet, souvent à vocation humoristique. Le comédien américain Nicolas Cage, par exemple, est le grand chouchou des truqueurs, qui se sont amusés à coller son visage dans des dizaines de vidéos en ligne.

De fausses vidéos X, utilisant par exemple les visages de l’ancienne Première dame des Etats-Unis, Michelle Obama ou d’actrices telles que Scarlett Johansson, ont été créées à l’insu des intéressées.

Des chercheurs étudient aussi actuellement des « contre-mesures ». Par exemple, le français Vincent Nozik, a mis au point un système de détection des vidéos falsifiées. Les mouvements de paupières trahissent parfois des trucages.

Les plateformes (Facebook) tentent également de détecter les « Deep Fakes ».

On parle aussi de signatures numériques pour authentifier les vidéos fiables. Toutefois, la meilleure protection est sans doute le sens critique et le bon sens. Cela passe par une sensibilisation et une formation aux risques liés aux réseaux sociaux.

Le développement de ces fausses vidéos rendra nécessaire la certification des images à l’avenir, 

De par le « deep learning », avec la création de « robots assassins » qui se chargeront des plus basses besognes, nous allons entrer dans un monde réellement inquiétant.

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.