Self checkout, du do-it-yourself

caisse automatique
caisse automatique, self checkout NCR

Le self checkout

  • Le self checkout, ou la caisse digitale en libre-service est un système permettant au client de scanner lui même les produits qu’il souhaite acheter en libre-service, en utilisant un lecteur de code-barres directement à la caisse.
  • Le premier système de caisse automatique de supermarché a été installé en 1992 dans le supermarché Price Chopper à New York.

Un autre système (auto-numérisation) consiste en un lecteur de codes-barres portable utilisé par le client pour numériser et mettre en sac des articles pendant ses achats.

commande de scan
commande de scan individuel

Dans les systèmes de paiement en libre-service

En conséquence le client est tenu de:

  • scanner les codes à barres (ou QR code) ;
  • saisir éventuellement les types d’éléments tels que les fruits et légumes (généralement avec un écran tactile);
  • les peser si nécessaire ;
  • placer tous ces articles numérisés dans une « zone d’ensachage ». Le poids observé dans la zone d’ensachage est vérifié par rapport aux informations précédemment stockées pour s’assurer que le bon article est ensaché, permettant ainsi au client de procéder uniquement si les poids observés et attendus concordent.

Le self scanning

L’installation, de caisses automatiques pour chariot et le self-scanning, progresse doucement en France, mais sûrement. Ces équipements limités pour l’heure aux petits paniers, afin de déminer la question sociale (diminution du nombre de caissières) et d’acclimater le client, mais ils s’installent néanmoins durablement en magasins.

Le libre scannage

Le libre scannage, autobalayage ou self-scanning est un système qui permet au client de scanner les produits qu’il achète, en utilisant un lecteur de code-barres. Cela se fait au fur et à mesure de l’approvisionnement, et non pas à la caisse.

Donc il représente bien un service et non pas une mesure économique par la réduction du nombre de caissières, mais il s’agit aussi  d’un investissement sur l’avenir puisque l’on sait que l’attente en caisse est l’un des côtés les plus rébarbatif pour les magasins physiques…

Le client («des actifs urbains ») ayant pris pour habitude de ne plus attendre … comme sur internet, par exemple.

Des exemples de self checkout

Amazon met en place des magasins « automatiques » : Amazon Go. On entre, on se sert dans un rayon, on met dans son sac, on passe devant une caisse « sans contact » sans fille d’attente et l’on ressort du magasin sans ralentir!

Zara ayant testé dans un pop up store à Soho NY la mise en place de ce système de caisses automatiques, juste à côté des cabines d’essayage afin de réduire le temps d’hésitation à l’achat et à payer dès la sortie de la cabine.

Avantages d’un système self checkout :

  • la fonctionnalité m-paiement permet aux consommateurs un gain de temps en évitant l’attente en caisse en conséquence cela fluidifie le trafic en magasin ;
  •  économiser de l’espace dans le magasin, qui pourrait être alors utilisé pour y placer plus d’étagères, plus de vitrines d’exposition ou des caisses supplémentaires ;
  •  fournir un service de caisse multilingue (voire langue locale);
  • Les comptoirs de paiement autonomes réduisent la demande de travailleurs peu qualifiés… qui peuvent être remplacés par des attachés à la clientèle !

 Inconvénients d’un système self checkout

  • plus de surveillance (pour éviter les vols, les enseignes ont recours à des contrôles aléatoires). par exemple, un homme a été accusé d’avoir remplacé l’étiquette d’un téléviseur à écran plasma par un DVD de 4,88 USD et d’avoir tenté de l’acheter via le système d’auto-paiement ;
  • un étiquetage fiable, bien compréhensif  de la part de la clientèle est nécessaire ;
  • la nécessité d’une gestion de systèmes antivol efficace ;
  • le coût des installations : une caisse automatique coûte « l’équivalent du salaire annuel brut d’une caissière », soit 18.000 €, permettant un retour sur investissement entre « un ou deux ans » ;
  • l’auto-vérification du bon fonctionnement de la caisse est plus complexe et un peu moins fiable que le contact avec une caissière (papier de ticket disponible par exemple).
  • Une cour d’appel de Californie a confirmé en septembre 2013 un projet de loi interdisant la vente de boissons alcoolisées dans les caisses en libre service.

Le client ouvre l’application Monoprix et Moi sur son Smartphone et accède à monop’easy. Il scanne les produits en rayon directement depuis son Smartphone et il paye avec une carte bancaire préenregistrée. Il se rend ensuite au stand monop’easy de son magasin afin qu’un collaborateur vérifie rapidement son ticket de caisse numérique. La facture est alors transmise par mail. 

Nouvelle application de self checkout :

Caper lance les premiers caddies dotés de l’intelligence artificielle. Ces derniers pourront scanner automatiquement tous les articles qui seront ajoutés dans le caddie. Le but est de favoriser l’expérience client afin que les clients perdent moins de temps en caisse. L’idée est semblable aux systèmes que Carrefour ou Amazon ont mis en place, sauf qu’ici tout réside dans un seul objet. Cela permettrait de créer des magasins sans caisse. Ces solutions pourraient arriver plus rapidement en ville comparé aux technologies qu’imposent les concepts d’Amazon Go.

caddie automatique
Caper caddie + IA

Le self checkout fait-il vraiment gagner du temps aux clients ?

Une journaliste de la BBC a mené une enquête dans huit grandes surfaces. A chaque fois, la caisse traditionnelle était plus rapide que le self-scanning. Car on confond aussi souvent le temps et la perception du temps. Quand on est dans une caisse automatique, on est actif et le temps semble plus court. Alors que, dans une file à la caisse, on s’ennuie et l’on s’impatiente. 

Conclusion : des chiffres éloquents

En 2013, il y avait 191 000 unités de paiement en libre-service (caisses automatiques) dans le monde et ce nombre devrait atteindre 325 000 en 2019. 

  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.