Comment vendre à une femme ?

 

consommatrice

femme-consommatrice

Comment vendre à une femme :

On peut certes parler d’égalité et d’équité, mais aujourd’hui la femme reste encore dans un couple, celle qui s’occupe le plus de la maison, des enfants, de la cuisine, du ménage… « Le temps passé aux tâches domestiques par une femme vivant en couple et mère d’un ou plusieurs enfants va ainsi de 20 à 36 heures par semaine (selon le nombre d’activités prises en compte), contre 6 à 12 heures pour un homme dans la même situation ». Cette réalité va considérablement orienter ses achats. Si les hommes dépenses tout simplement. Elles, elles ont un budget à gérer.

Les femmes privilégient les soins de beauté (31%, contre 15% pour les hommes), les vêtements (60%, contre 48%), et les dépenses pour les enfants (71%, contre 64%). Elles portent plus d’attention à l’impact sanitaire et environnemental de leur consommation, en achetant plus souvent des aliments issus de l’agriculture biologique (19%, contre 12% pour les hommes), des produits biodégradables et des éco-recharges, et des produits comportant des labels écologiques, ou humanitaire (40% et 34%, contre 31% et 23% pour les hommes).

Les femmes généralement sont aussi, plus attentives :

  • aux promotions ;
  • à la chasse aux petits prix que les hommes (marques distributeurs).
  • pour elles, « main shoppers » : les circuits digitaux d’achat, les livraisons drive, les pop-up stores, les expériences d’achat « sans couture », les « made inside » (acheter des produits fabriqués dans le pays même).
  • de plus en plus elles deviennent des « locavores ». (manger local).

Les femmes plébiscitent de plus en plus :

  • les loisirs « indoor », à la maison : du casque de VR à l’e-sport (courses de drones, World Future Sports Games…) ;
  • en passant par le jardinage, la relaxation, le bien être ;
  • les services de remise en forme à domicile, ou encore les jeux vidéo ;
  • le « do it yourself » et les loisirs créatifs (home déco, couture, bricolage, fabrication d’objets, la cuisine maison..).

Pour vendre à une femme

Une femme est née intuitive, sensible, très émotionnelle, relationnelle, perspicace, réservée, plus pragmatique, plus volontaire, plus agile, moins crédule, moins dépensière, mais aussi plus inquiète.

Elle a le sentiment qu’elle n’est pas appréciée comme elle le devrait. Elle fait volontiers passer l’intérêt des autres et surtout de sa famille avant ses propres besoins.

il est préférable d’utiliser :

  • une argumentation émotionnelle, voire altruiste ;
  • en utilisant plutôt des adjectifs ;
  • en jouant sur ses émotions ;
  • montrez-lui comment votre produit peut aider les autres, ou son entourage ;
  • l’âge de la femme et sa situation familiale (célibataire, mariée, mère), vont considérablement changer ses motivations d’achat.

– L’étudiante :

  • souvent elle aime secrètement quelqu’un de sa classe ;
  • elle considère que les hommes n’ont pas complètement mûri, voire qu’ils sont restés des « enfants imbéciles » ;
  • elle pense que ses parents vivent par procuration à travers elle, ou la considère comme fragile et la surprotège ;
  • elle s’attribue un don naturel pour s’entendre avec les autres ;

– La femme de moins de 35 ans recherche :

  • son âme sœur, elle peut mal vivre son célibat ;
  • elle se considère comme attirante et très sensible ;
  • avoir plus de responsabilités qu’elle ne peut en gérer ;
  • être appréciée et remerciée ;
  • elle pense que son mari ne s’investit pas autant qu’elle dans leur relation de couple ;
  • elle estime qu’elle possède des talents cachés, qu’elle ne pourra exploiter que quand ses enfants seront élevés.

La femme de plus de 35 ans

Elle possède un caractère bien trempé et considère :

  • que la vie lui a offert nombre de coups durs et que cela l’a rendue plus forte ;
  • très intuitive, qu’elle donne de bons conseils ;
  • qu’elle manque de confiance en elle, envers les hommes ;
  • que ses enfants sont au centre de son existence ;
  • elle pense avoir aujourd’hui assez d’intuition pour savoir si un homme vaut la peine ou pas ;
  • comme une bonne mère et comme une bonne épouse ;
  • elle se dit engagée à rendre sa famille plus heureuse ;
  • elle est satisfaite de son mariage, mais trouve que ce dernier serait encore mieux s’il y avait une meilleure communication dans le couple.

Lorsque vous écrivez pour vendre à une femme, utilisez principalement des adjectifs. Jouez sur les émotions. Montrez-lui comment votre produit peut l’aider à aider les autres. Votre texte doit vraiment être chargé d’émotion. Bref, plus votre argumentaire sera émotionnel, et plus vous toucherez votre cible.

Les femmes, surtout les plus aisées, sont plus sensibles à l’ambiance du magasin, (vendeurs, cadre, décor, ambiance, esthétique, rangement, emplacement, bonne fréquentation). Depuis la crise, elles consomment plus intelligemment, elles gèrent mieux leur budget, mais elles sont aussi moins optimistes qu’il y a dix ans. (50 % en 2016 contre 54 % en 2006). Elles sont aussi plus nombreuses à être addictes d’achats compulsifs « oniomanie » que les hommes : « j’achète donc je suis ».

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à considérer le travail qu’elles font comme étant une véritable carrière plutôt qu’un simple emploi (39 % en 2016 contre 33 % en 2006)… et à vouloir s’extraire de leurs tâches domestiques quotidiennes. 

La « femme libérée » est devenue consommatrice décomplexée de sexe, d’alcool, de tabac, de drogue (même condamnée socialement), et pas seulement de mode, ou de produits de maquillage. D’ailleurs le mouvement des féministes américaines a été manipulé par un manufacturier de cigarettes qui ne savait plus comment augmenter ses parts de marché chez les hommes et avant de s’intéresser aux ados et aux pays en voie de développement. Elle n’aurait qu’un seul désir de consommer pour séduire.

La presse féminine excelle dans l’art de créer des complexes à ses lectrices et à vouloir leur démontrer que la femme moderne n’est heureuse que grâce à sa carte bleue. (cf : consothérapie).

 

Texte extrait du livre : Marketing & Commerce, Évolution et Prospective

« Le commerce d’aujourd’hui et de demain » – (2018 – 575 pages – 30 €)

Pour acheter le livre : http://mktg.the-commerce.com

  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.