Ce qui dérangerait vraiment, c’est une grève des commerçants !

Petit coup de lassitude : 

pour la fête du travail !

Dans notre société deux mondes de plus en plus distants se font face, ils s’opposent et peut-être même risquent de s’affronter.

grèves métroLes premiers : celui du monde des entreprenants, des commerçants, des décideurs, des investisseurs, ceux qui souvent entrent très jeunes dans la vie active (parfois avant 18 ans) qui ne comptent pas leurs heures à la tâche, qui prolongent d’une manière heureuse une carrière au-delà des 80 ans. Ceux qui ne font jamais grève, mais qui la subissent.

Ces guerriers de la France dans le conflit mondial actuel de la mondialisation.

Et le monde des « installés » dans un mode où la vie est à l’arrêt, ceux qui ne sont responsables ou décideurs de rien, ceux qui subissent de plus en plus difficilement un monde qui change (qui s’accélère), mais qui s’enferment dans la défense d’acquis anciens (de moins en moins légitimes). Leur seul façon de résister et de ne pas se laisser distancer, c’est de s’opposer à ceux qui veulent avancer. Dans cette catégorie, je classe bien sûr les cheminots, les pilotes d’Air France, les étudiants de socio, les syndicats des services appelés à tord “publiques”, mais qui ne sont que des suspicieux se croyant charger de contrôler justement ceux qui veulent avancer, ceux qui veulent aller « plus vite, plus loin, plus haut ». Et puis nous ne sommes plus du temps de Zola.

Sans compter avec les anarcho-casseurs de tout bord (au fait, pourquoi s’en prennent-ils toujours aux commerces qu’ils trouvent sur leur chemin? En quoi les commerçants peuvent-ils cristalliser leurs frustrations?)

Une communauté, une société se doit pour survivre de se défendre contre ceux qui la menacent, et à plus forte raison contre les ennemis de notre mode de vie (dois-je citer les pédophiles, les radicalisés, les prédateurs de tous genres ?). Le respect d’un état de droit ou la notion d’une éventuelle rédemption ne devrait pas suppléer la sauvegarde des individus “normaux”.

Personnellement, les grèves ne me gênent pas : Je prends le train une fois par an, cela fait déjà des années que je ne voyage plus avec Air France, d’ici la fin de l’année mes panneaux photovoltaïques seront connectés à une batterie, rendant ma maison électriquement autonome, Comme courrier de la Poste, je ne reçois plus que des factures et des prospectus. D’autant plus que tous ces “anti-société”, ces parasites vivent souvent des impôts des contribuables qui travaillent (ou plutôt qui essayent, malgré les difficultés de s’approvisionner).

Ce qui dérangerait, c’est une grève des commerçants ! Ou mieux:  simplement à l’encontre de tous ceux qui entravent leur liberté de travailler, donc de survivre.

  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

One Response - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.