Faire des achats en toute confiance…sans avoir à prier

Le commerce monastique :

Texte extrait du livre :

Marketing & Commerce, Évolution et Prospective

« Le commerce d’aujourd’hui et de demain » – (2018 – 575 pages – 30 €)

Pour acheter : http://mktg.the-commerce.com

 

Abbaye

Abbaye

Depuis leur création, les monastères, couvents et abbayes ont dû trouver des ressources pour nourrir leurs pensionnaires ou pour entretenir leurs établissements. La tradition veut que les bénédictins et cisterciens prient et travaillent.

Aujourd’hui, le commerce monastique devenu très dynamique est en pleine croissance. Il est estimé en France à 75 millions d‘euros, et concerne 230 abbayes sur 340 :

Artisanat monastique

Artisanat monastique

  • Ce business surfe sur la vague actuelle des produits dits: « authentiques » traditionnels, du terroir, du bio, de l’équitables et d’une qualité au delà de tout soupçon ;
  • Au moment où les consommateurs doutent de plus en plus de la qualité de ce qu’on leur propose à manger, les productions made in « lieux saints » conservent une image de qualités irréprochables résultant d’un savoir-faire très ancien;
  • Ses productions se sont diversifiées et sont très renommées
    • artisanat
    • objets religieux
    • productions agricoles (vin, fromage, chocolat, pâtes, farine, confiture, bière, huiles essentielles, miel, produits de bien être…)

      Divine Box

      Divine Box

  • Les moines (moniales) ont créé leur label « Monastic » pour répondre à la concurrence abusive du 100 % laïque, mais labellisé comme « Chaussée aux Moines ».
  • Trois conditions sont nécessaires pour qu’un produit puisse recevoir l’étiquette “Monastic” :
    • qu’il ait été fabriqué dans l’enceinte du monastère,
    • sous la responsabilité des moines et des moniales,
    • qu’il y ait eu “ouvraison substantielle” (mettre simplement en bouteille un liquide n’est pas, par exemple, considéré comme une ouvraison substantielle).
  • Boutique

    Boutique

    Les moines profitent d’un savoir-faire ancestral pour réaliser leurs propres productions. (Près de Grenoble, dans les caves de la Chartreuse, les moines distillent 2 millions de bouteilles/an de la fameuse liqueur verte) ;

  • Leurs installations de production sont parmi les plus modernes
  • Ils ont recrutés des professionnels laïcs expérimentés à plein-temps ou des consultants (commerciaux, techniciens, responsables marketing, chocolatiers…) pour les épauler ;
  • Ils ont regroupé leurs différentes productions pour mieux approvisionner leurs boutiques ;
  • Les boutiques, situées souvent au fond d’une cour, dans un endroit sombre ont été remplacées par des magasins
    Cave viticole

    Cave viticole

    clairs, d’une centaine de m², situés à l’entrée du monastère, bien en vue des visiteurs qui passent ;

  • Ils y organisent des événements commerciaux ;
  • Ils livrent à domicile « La box de Séraphin » (Divine Box): un colis surprise livré à domicile une fois par mois ;
  • Les produits monastiques sont désormais disponibles dans la grande distribution sur des rayons dédiés ;
  • Certains produits sont disponibles directement sur Internet : « les Boutiques de Théophile » comporte environ 4 000 références;
  • Les quelque 300 lieux de vente physiques utilisent des catalogues, le téléphone, des mailings, une Newsletter, pour proposer leur large assortiment ;
  • Quelques abbayes servent de plateformes logistiques, « Store picking » et pratiquent du commerce collaboratif sans aucun échange de fichiers clients !
  • Les produits monastiques sont diffusés dans le monde entier: un fromage français est exporté régulièrement au Japon ;
  • Des abbayes et monastères utilisent les NTIC (nouvelles technologies informatiques de communication) pour désenclaver leur affluence commerciale et augmenter leurs revenus.
  • Ils vendent soit directement depuis leurs établissements, soit via des plateformes 100 % laïques, mais répondant à un cahier des charges très précis.

Côté services :

L’essentiel réside dans l’hôtellerie, c’est-à-dire l’accueil d’hôtes au sein des monastères. « En cela, les religieux suivent la règle de saint Benoît sur la vocation d’hospitalité des moines»,

Certaines abbayes proposent de l’artisanat, des services de qualité, broderie traditionnelle, reliure, réfection de tapis et confection de tenues et robes de cortège de mariage.

La fondation des monastères : En 2016

  • 98 communautésont été aidées financièrement, dont 18 à l’étranger fondées par des communautés françaises.
  • 4 416 000 €ont été distribués pour venir en aide aux communautés dans leurs besoins divers, parmi lesquels 3 223 300 € pour entretenir leur patrimoine immobilier.
  • 100% de nos ressourcesproviennent de la générosité publique, principalement de particuliers, mais aussi d’entreprises. Un reçu fiscal est systématiquement envoyé aux donateurs.

« Les moines contrôlent leur réseau de distribution qui est à la fois multicanal, multiforme, religieux et laïc, mais toujours avec un ADN communautaire »,

En savoir plus sur https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/marketing-

Sites Internet marchands « monastiques »

Extrait du livre (en cours de publication) Marketing & Commerce (Évolutions et Prospective) de Guy Couturier et Denis Gentile et publié par Commerçants du monde.

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.