Le Centre Commercial Bercy 2 va disparaître. Je suis triste et je vous explique pourquoi

Je ne sais pas si c’est un mal ou si c’est un bien, mais je suis triste. Bercy 2 va disparaître ! Ce vaisseau spatial qui s’élevait du côté de l’entrée du Périphérique Est de Paris va être abattu, démoli, pulvérisé, mis en miettes, réduit en fumée, en poussière, en bouillie, cassé en milliers de morceaux. 

Vous l’aurez compris le centre commercial Bercy 2 va disparaître. Moi qui l’ai si souvent fréquenté, je cherche le mot juste, celui qui traduit mon état d’esprit du moment. Eurêka, j’ai trouvé : il va être déraciné.

Pourtant, il n’est pas si vieux, il n’a que 28 ans. Qu’a-t-il fait de mal pour être ainsi condamné et livré aux pelleteuses ? Je ne sais pas, je ne vis plus là-bas. Pourtant, lors de mon dernier périple parisien en octobre dernier, j’y suis allé 3 fois en 3 jours. Etrange non ? Y’a pas d’autres trucs à faire à Paris ?

Bon, je me suis quand même informé. A la place du centre commercial, ils ont décidé d’implanter des commerces locaux !

Génial, ici sur le blog des « commerçants du monde » on défend le commerce de proximité et on dénonce parfois la mainmise des centres commerciaux.

Chouette, je devrais donc être cohérent avec une ligne éditoriale que j’ai moi-même éditée avec Guy Couturier.

Non, rien n’y fait. Je suis triste, c’est pas génial, c’est pas chouette. Parce que vous voyez, il y a un autre élément fondamental sur ce blog : c’est le storytelling.

Ce centre commercial fait partie de mon histoire comme d’autres lieux comme le proche Bercy Village, Disneyland Paris ou la « librairie Lenfant » à Vitry-sur-Seine.

Connaissez-vous la « librairie Lenfant » ? Non, alors lisez cet article « Artisan du silence » de mon ami Abdelhamid. C’est la librairie où mes parents m’ont acheté mes premiers livres. Ils ont mis la clef sous la porte, victime de la concurrence des plus grandes surfaces et d’Amazon.

Là aussi, j’étais triste et je le suis encore. On parle bien d’un petit commerce, d’un commerce de proximité. C’est aussi pour ça que je veux les défendre.

Deux disparitions : d’un côté, un centre avec des dizaines d’enseignes, de l’autre, un commerce avec des milliers de bouquins. Pour moi, une vraie et grande tristesse.

Aujourd’hui, on a aussi annoncé le décès d’une des personnalités les plus marquantes de notre temps, Stephen Hawking. Je viens de lire une citation (merci Marie-Hélène Boisseau) qui est la clef de mon apparente contradiction et de ma tristesse.

On devrait faire attention quand on touche l’histoire des habitants de notre planète. C’est cette histoire qui rend les choses importantes pour nous. On ne devrait pas défendre la librairie ou la boulangerie du quartier. On devrait défendre la librairie dans laquelle des milliers de gamins ont découvert leur passion pour la lecture. On devrait défendre la boulangerie où des milliers de gamins ont pris leur goûter après l’école. Et personnellement, je défendrai aussi le centre commercial où j’allais faire mes courses avec ma famille, parfois le jeudi soir après ma journée de travail (il vaut mieux le préciser) à Disneyland Paris.

Et cette citation de l’astrophysicien Stephen Hawking ? J’y viens, c’est ma conclusion. Elle est si forte, si profonde que je ne veux ajouter aucun autre mot après. J’ai peur qu’un jour on oublie toutes ces histoires qui donnent un sens à l’humanité. Ce jour-là, l’univers disparaîtra.

“Cet Univers ne serait pas grand-chose s’il n’abritait pas les gens qu’on aime.”

 

  • 39
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    39
    Partages

One Response - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.