Suppression de 2400 emplois ! Le problème de Carrefour, c’est celui de Luigi. Explications

2 sujets ont fait la une de l’actualité du commerce cette semaine :

2 sujets qui sont étroitement liés et la presse n’a pas hésité à titrer : Les caissières sont-elles vouées à disparaître ?

Les leaders du digital, Brian Solis par exemple (lire notre article à son sujet) ou encore l’académicien Michel Serres avec sa célèbre “Petite Poucette” nous demande d’innover, d’inventer des solutions. C’est ce qu’Amazon vient de faire dans le domaine du commerce avec AmazonGo. Pourtant , les réactions sont mitigées. La peur l’emporterait-elle sur la créativité et l’exploitation des nouvelles technologies ?

Christelle Magaud, journaliste spécialisée dans la distribution, a parfaitement répondu à mon interrogation :

“Pas la peur… en ce qui me concerne. Juste je déplore le manque d’anticipation de la part de certains “grands chefs” : ce n’est déjà pas évident quand vous avez les moyens, le temps et l’intelligence, de vous former pour rester “update”. Alors quand vous effectuez depuis des années le même métier, basse qualification et que, du jour au lendemain, le poste n’existe plus, c’est difficile. Je pense aux caissières, mais il y a plein d’exemples, dans le public notamment, de personnes qui effectuent les mêmes tâches depuis 15, 20 ans. Et on leur dit brutalement souvent, c’est terminé, il faut passer à autre chose. C’est le bémol que j’émets sur ces changements. Qui sont bien évidemment obligatoires et il ne faut surtout pas s’opposer à l’innovation, au progrès, à l’AI, aux robots… Ce n’est pas le propos. Pas le mien en tout cas. Je trouve cette époque passionnante justement et enrichissante. Mais ce manque de travail et d’anticipation (Monsieur Alexandre par exemple prêche la bonne parole en alertant sur l’AI et en expliquant, même aux sénateurs, qu’il faut dès l’école préparer ce changement, puis développer la formation, expliquer et redire que chacun doit se prendre en main et évoluer pour rester dans le coup… et bien rien. C’est là où je ne suis pas d’accord.”

Christelle a parfaitement raison. Ce que tu pointes du doigt est un problème récurrent dans notre société. J’avais écrit un article à ce sujet sous forme de storytelling il y a quelques années de cela. La voici, j’adapte juste le titre à l’actualité :

On est tous des caissières

1961, le petit Luigi n’a pas encore quinze ans. Son père et son frère ainé sont partis quelques mois plus tôt en France. Lui est resté en Italie, avec sa mère, sa sœur et ses autres frères. Ils se réuniront au plus vite, le temps pour les deux éclaireurs de trouver du boulot dans une usine de la région parisienne et un toit pour abriter toute la famille.

Luigi sait qu’il n’aura aucune difficulté à s’insérer dans ce nouveau monde. Il est jeune, fort, beau et en plus, c’est un as de la mécanique. Pas la peine de parler français pour désosser le moteur d’une voiture ! Il n’aura aucun mal à convaincre un garagiste à l’embaucher. Il en est certain.

Radio

En effet, à peine arrivé, c’est au quart de tour qu’il démarre dans son nouvel environnement. Au bout de quelques semaines, il parle déjà le français, il s’est fait plein de copains et s’est plongé dans une nouvelle passion : la radio. On peut désormais écouter de la musique au volant de sa voiture. C’est magique. Aujourd’hui, c’est un peu comme avoir accès au web où que vous soyez avec un iPad.

Si vos parents ou grands-parents écoutaient de la musique dans les années 60 quand ils partaient en voyage, c’est peut-être grâce à Luigi. C’est aussi un musicien au look de rocker avec son blouson en cuir et ses cheveux longs. Il gratte sur sa guitare acoustique les tubes du moment comme « Le Pénitencier », la version française de « The House of the Rising Sun »

Je me souviens quand il a installé l’autoradio dans la 304 de papa ! Les K7 audio étaient plus grosses que les futurs VHS et Betamax ! Plus tard, il installera aussi les alarmes. C’était indispensable pour ne pas se faire voler son autoradio. Son métier va évoluer pendant plus de 20 ans. Le rôle de l’électricien automobile va prendre encore plus d’importance. L’expert qu’il est devenu va lui permettre d’occuper une place centrale et recherchée parmi les garagistes et concessionnaires.

C’est la belle époque. Oubliée la maison de rêve abandonnée en Italie, oublié le cabanon raffistolé de bric et de broc quand il est arrivé en France. Il habite désormais dans une grande maison avec sa femme et ses enfants. Sa maison, celle de sa famille et de la vie qu’il a réussi à construire. Je le considérais comme un héros. Et cette comparaison est bien réelle et vivante puisque je parle de lui 40 ans plus tard, comme si c’était hier.

Il y aurait tant à dire sur ce conte de fées de l’après-guerre et cela pourrait être l’objet d’un blog ou d’un roman. Je me contente d’un bref article pour illustrer l’évolution des mœurs et des structures.

Electronique

Mais le progrès technologique ne s’arrête plus et frappe un premier coup dans les années 80 et assénera le coup du K.O. dans les années 90.

L’électricité va être dépassée par l’électronique. Il va falloir assimiler de nouveaux schémas et souder de nouveaux circuits.

Depuis sa naissance, il a tout appris sur le tas : son métier comme la langue française. A tel point qu’il a pratiquement oublié sa langue natale. Avec l’expérience, il est devenu un expert. Mais là, ce n’est plus possible. Il faut lire de longues notices, suivre des cours, prendre des notes et étudier le soir.

C’est trop de choses d’un coup ! Lui, le roi du garage, va être relégué dans un coin du hangar. On le laisse seul s’arracher les cheveux avec les composants électroniques. Malgré tout, cela fonctionne encore avec l’électricité. Et les couleurs des fils n’ont pas changé. Il y en a juste beaucoup plus.

On vit une époque où tout évolue de plus en plus rapidement. Luigi a été pendant plus de 20 ans le meilleur dans son domaine. Moi, si je ne m’intéresse pas à l’actualité des logiciels, des réseaux sociaux et des supports de communication, je ne resterai pas longtemps un spécialiste. Même chose pour les communicants d’aujourd’hui, du journaliste au pratiquant en marketing en passant par l’écrivain, s’ils s’accrochent  au support  papier et au courrier postal, leur efficacité va s’effondrer ! Car même le courrier est devenu électronique.

On est tous des caissières, c’est exactement ce que AmazonGo nous propose

C’est exactement ce qui risque de se passer avec les caissières et les métiers de la distribution aujourd’hui. Carrefour, par exemple, donne l’impression de ne pas avoir anticipé l’évolution technologique de la société.

Je vous laisse raconter vos histoires et compléter la liste des métiers. Car des exemples comme celui-ci on en connaît forcément et tous les métiers sont touchés par la révolution numérique. Pas seulement le mécanicien, l’électricien, le plombier, le journaliste ou la caissière chez Carrefour, mais aussi l’assureur, le banquier ou encore les politiques.

Des banques (et les politiques bien sûr) qui ont plongé le monde dans une crise financière car, entres autres choses qui ne sont pas de ma compétence, elles n’ont pas bien assimilé le passage de l’électrique à l’électronique. (Et dire que c’est à eux que nous confions notre argent !) Ceux qui persisteront dans cette voie seront voués à provoquer d’autres crises. Irrémédiablement.

100% numérique

C’est aussi tout l’intérêt de développer une stratégie 100% numérique avec une communication dans les mains des artisans du web 2.0 et désormais 3.0 (je reviendrai dans un article sur ce point) . : chef de projet informatique, community manager, blogueur, web designer, consultant en référencement naturel, etc.

Et avec le métier, la relation avec le client évolue aussi. Aujourd’hui, il y a plus d’intérêt à vous réunir avec des internautes et dialoguer avec eux, que de faire des réunions en interne avec vos collaborateurs. C’est là que se décide le futur de votre entreprise et de votre marque.

Etes-vous prêt à suivre ce mouvement ?

Et immédiatement, car la prochaine nouveauté technologique ne vous attendra pas !

Si ça peut vous rassurer, on ne se salit plus les mains comme il y a 50 ans.

 

 

  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    20
    Partages

2 Comments - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.