Le commerce est un échange de richesses

Le commerce est un échange de richesses. D’abord des richesses tirées de la terre. Puis, des richesses héritées d’un savoir-faire.

Tous ces échanges sont possibles, car des liens sont créés. Plus les échanges augmentent, plus les liens sont solides. Plus les liens sont solides, plus l’harmonie s’instaure entre les peuples et les communautés, plus les chances de vivre en paix sont réelles.

La monnaie, cause de conflits

Ces échanges ont ensuite été remplacés par une monnaie d’échange. On pouvait alors acheter, et non plus simplement échanger une richesse ou un savoir-faire d’une autre personne.

Pourtant, l’instauration de cette monnaie, par les commerçants Assyrien et de Babylonie, a provoqué de l’insécurité et des conflits. Il devenait alors nécessaire de protéger les routes terrestres et maritimes des brigands. Qui sont ces brigands ? Des personnes mal intentionnées dont le but est d’accaparer par tous les moyens à leur disposition des richesses et du savoir-faire des autres sans avoir la terre pour exploiter ces richesses et sans avoir la volonté de se former à ces savoir-faire. C’est d’autant plus simple qu’il leur suffit désormais de dérober directement la monnaie d’échange.

commerce et échanges

Le commerce et l’échange de richesses

Pour éviter ces attaques et ces vols, les commerçants inventent la lettre de change. Le meilleur moyen de se défendre, ce n’est pas forcément de répliquer à la violence par la violence, mais en devenant plus créatif que le brigand, en inventant un autre moyen d’échange pacifique.

Un échange plus direct

Mais le commerce devient de plus en plus complexe, il y a de plus en plus d’intermédiaires entre celui qui produit la richesse et celui qui est en charge de la vendre. Plus on ajoute des intermédiaires, plus le risque de créer des divergences augmente. Ces divergences sont souvent source de conflits.

L’idée d’un commerce qui puisse engendrer et préserver la paix prend son origine dans une relation directe entre un producteur-vendeur et un acheteur. C’est une idée qui refait surface dernièrement. Beaucoup de producteurs (paysans, agriculteurs, éleveurs, etc.) et d’entrepreneurs (auto entrepreneurs en France, free-lances) prennent en main leur propre affaire et deviennent aussi les vendeurs de leur propre production et leur savoir-faire. C’est plus facile avec le développement des nouvelles technologies de communication. Sites, blogs et réseaux sociaux facilitent ces échanges directs entre des commerçants et des clients. Et même en cas de désaccords, tout est mis en oeuvre pour trouver une solution pacifique.

à suivre…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Comments - Add Comment

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.